Les 7 institutions Visé Principalement

Le berceau des Anges orphelins(es) du Québec

1950 vraiment le visage d’autrefois           2016 réduit a la vente des enfants adouci l’image de l’époque du Génocide et la maltraitance des abus physiques et sexuelles

1950 enfants maltraiter par les 2 Gouvernements du Canada et du Québec sous le supervision de la religion Catholique non pas a payer des salaires pour les enfant illégitimes

Les 7 institutions Visé au départ par,

    Me Robert Fauteux recours collectif, or Class action

Fauteux St-Germain Bégin Magloire Simard Avocats

Les timbres judiciaire que j’ai payer avec quel que orphelins en vert dessus 1200.00 dollars

   

    1. Mont-Providence Garçons Hervé Bertrand c. Communauté des Sœurs de la charité de la      Providence #500-06-000004-933  
    2. Mont-Providence Filles Rose de Lima Ostiguy #500-06-000005-930 c. Communauté des Sœurs de la charité de la Providence #500-06-000005-930  
    3. mont-providence
      Le école mont-providence devenue Hôpital 18 mars 1954 avec décret 816 800 enfants filles et garçons  devenue Débilité mental.
    4. St-Jean de Dieu Asile Hôpital Joseph Martin c. Communauté des Sœurs de la charité de la Providence #500-06-000006-938 
    5. St-Ferdinand d’ Halifax Hôpital St-Julien Communauté des Sœurs de la charité de Québec Marion Kelly c. Communauté des Sœurs de la charité # 200-06-0001-936
    6. St-Michel Archange Hôpital Joseph Sylvestre c. Communauté des Sœurs de la charité de Québec # 200-06-000002-934
    7. Hôpital Baie St-Paul Monique Benoit c Communauté des petite Sœurs Franciscaine de marie # 240-06-000001-932
    8. L’Orphelinat Notre-Dame de la Merci d’Huberdeau et Lac-Sergent Jules Forget c. Communauté des Frères de Notre Dame de la Miséricorde # 200-06-000003-932

A jouer par le ministère la solidarité social de l’emploie et l’ immigration Le Centre Notre-Dame de la Santé (Institut Val-du-Lac) de Rock Forest; L’Institut Monseigneur Guay de Lauzon Pas dans le recours improvisé du Gouvernement de Lucien Bouchard

  • Mont Providence Garçons Lors du changement de mission de l’institution, on a créé des dossiers psychiatriques dans le but de prolonger le séjour de jeunes pensionnaires à Mont-Providence. En fait, les diagnostics de troubles psychiatriques graves donnés comme la déficience intellectuelle, n’étaient peut-être pas fondés…»
  • Mont-Providence Filles En 1953, les religieuses en charge de cette école ont fait une nouvelle demande d’aide financière au gouvernement pour assurer la continuité de leurs services. Par cette nouvelle demande, le gouvernement fédéral a pris connaissance que l’argent qu’il avait d’abord accordé dans le cadre d’un programme de santé, avait été détourné et utilisé pour subventionner une école. Ottawa a en conséquence refusé d’avancer à nouveau des fonds. Pour obtenir malgré tout le financement fédéral, le Premier Ministre du Québec, Maurice Duplessis, a pris la décision de changer la vocation de l’école pour la transformer en institut psychiatrique. Le nom « enfants de Duplessis » tire d’ailleurs son origine de cette initiative. St jean de Dieu

L’établissement reçoit des personnes ayant des problèmes sévères de santé mentaleAsile (hospice)

  • Saint-Jean-de-Dieu »1. On l’a désigné aussi « asile de Longue-Pointe », du nom de l’endroit. Le , environ 100 personnes perdent la vie dans un terrible incendie qui détruit presque complètement l’institution.
  • St Michèle Archange Cet hôpital psychiatrique fut fondé en 1845 par les docteurs James Douglas, Joseph Morrin et Charles-Jacques Frémont. Ces trois médecins en étaient les propriétaires, bien que les fonds nécessaires à son fonctionnement venaient essentiellement du gouvernement. À l’époque, il se nommait l’Asile provisoire de Beauport, et était installé dans le manoir du premier médecin de la colonie, le Seigneur
  • Robert Giffard. Il s’agissait du premier hôpital destiné uniquement aux malades mentaux dans la province. En 1850, l’asile se nomme désormais Quebec Lunatic Asylum, mais la plupart des gens continuent à le nommer Asile de Beauport. Puis, en 1865, son nom change de nouveau et devient l’Asile des aliénés de Québec. Un an plus tôt, l’asile a été agrandi et peut, depuis lors, recevoir 900 patients. En 1893, les Sœurs de la Charité de Québec en prennent possession et le mettent sous la protection de l’archange Saint-Michel. Ainsi, en 1912, il devient l’Asile
  • Saint-Michel-Archange puis, en 1914, ou 1923 selon certaines sources, l’Hôpital Saint-Michel-Archange. En 1904-1905 et en 1910-1912, on effectue des travaux d’agrandissement. En 1915, une école des infirmières est établie par sœur Saint-Calixte. En 1924, l’hôpital est affilié à l’Université Laval.   Le Collège des médecins refuse d’offrir aux orphelins de Duplessis les excuses publiques sollicitées par ces derniers la semaine dernière. Des milliers d’orphelins ont été internés sous de faux prétextes entre les années 1930 et 1960, et ce, avec l’accord tacite des autorités médicales de l’époque», se désole Lucien Landry, porte-parole du comité des orphelins.   Après huit mois de bataille, les orphelins de Duplessis qualifient d’«historique» l’entente intervenue avec Québec, laquelle stipule que les dossiers de faux diagnostics psychiatriques ne passeront pas du papier au numérique.
  • Hôpital St JulienDes pages et des pages d’histoires se tournent à St-Ferdinand
  •  Des pages et des pages d’histoires se tournent à St-Ferdinand | TVA Nouvelles

    Ça y est, les premiers pans de murs de l’ancien hôpital St-Julien de St-Ferdinand ont commencé à tomber sous le pic des démolisseurs. Soulagement pour les uns, profonde déception pour les autres, chose certaine, le vide au cœur du village sera immense.

    Depuis deux jours les pelles mécaniques s’affairent à démolir le plus vieux des sept pavillons de l’hôpital. «C’était le premier bâtiment. Ce sont les sœurs qui l’avaient construit pour servir aux personnes démunies. C’est ce qui a fait que tout le restant a existé», a raconté Rosaire Croteau, un citoyen de St-Ferdinand.

    Plusieurs curieux se sont pointés pour regarder les murs du monument d’un kilomètre de long s’écrouler. Une scène crève-cœur pour certains. «C’est une catastrophe. C’est la fin de l’histoire de St-Ferdinan

    Christine Cyr y a travaillé durant 33 ans comme infirmière. C’est avec beaucoup de tristesse qu’elle assistait à la démolition: «Ça tourne une page de l’histoire. Tous sont tristes au village. Ça faisait parti des meubles.»

1870 L’Hôpital St-Julien fut fondé en 1870 par l’abbé Julien-Melchior Bernier qui fut d’ailleurs le premier curé de Saint-Ferdinand.

Une orpheline raconte son enfance tragique

Date de diffusion : 10 décembre 1984

Internée à l’asile Saint-Julien, Yvette Gascon a subi des traitements réservés aux malades mentaux. Claire Dugay Demeurant autrefois à Cap d’Espoir en Gaspésie avec ma mère Clara Méthode, et mon père Joseph Abel Duguay et mes frères et sœurs, Lionel, Simone, Joseph et Marie, ma mère Clara Méthot, est tombée gravement malade de tuberculose pulmonaire à l’âge de 31 ans dans les années quarante. Notre médecin de famille, le docteur Camille Eugène Pouliot a placé ma mère Clara Méthot au Sanatorium de Gaspésie ou elle est décédée à cet endroit dans les mois suivants. 

 

 

  • Huberdeau
  • Des années 30 aux années 60, des milliers d’enfants nés hors mariage ont été confiés aux communautés religieuses. Au début des années 90, ces orphelins, regroupés sous l’appellation « orphelins de Duplessis », se mobilisent pour réclamer excuses et indemnisation. Joignent leurs rangs les orphelins d’Huberdeau. Le 30 juin 2001, les orphelins de Duplessis acceptent l’offre d’indemnisation du gouvernement Landry, laquelle comprend une compensation de 25 000 $ par personne. Quant aux orphelins d’Huberdeau, ils ne reçoivent rien sous prétexte qu’ils ont grandi dans un orphelinat agricole, alors que ceux de Duplessis ont été faussement étiquetés malades mentaux et internés dans des asiles psychiatriques.Devant l’indifférence du cardinal Jean-Claude Turcotte, qui leur suggère de pardonner aux Frères de la Miséricorde qu’ils accusent d’abus sexuels, le refus de la procureure Estelle Gravel de porter ces accusations, sous prétexte qu’elle doute de certaines de ces accusations, les orphelins d’Huberdeau n’ont pourtant pas baissé les bras. Parmi eux, Louis-Joseph Hébert, alias le flamboyant Nestor, que Benoît Pilon a rencontré lors du tournage de Roger Toupin, épicier variété, qui se bat avec ses frères de crèche afin d’obtenir, au-delà des excuses et de l’argent, la reconnaissance du gouvernement et de l’Église catholique.
  • Liens de Nestor FFM Benoît Pilon : Nestor le conquérant – Cinéma – Voir.ca
  • LES ORPHELINS D’HUBERDEAU Émission du 21 février 2003journaliste : GENEVIÈVE ROSSIER réalisateur : JOHANNE BONNEAU On a beaucoup parlé, l’an dernier, des accusations de pédophilie contre le clergé catholique aux États-Unis. Des accusations qui ont même mené à la démission du cardinal de Boston. Depuis quelques années, plusieurs hommes, ici, au Québec, cherchent à se faire entendre. Ils disent eux aussi avoir été victimes d’abus sexuels, mais dans une institution québécoise, à une époque où le clergé imposait pourtant une discipline morale stricte. Cinquante ans plus tard, notre équipe a fait enquête sur cette institution, et le résultat de leur recherche est troublant, tout comme le silence du clergé, qui refuse de commenter ces accusations.
  • Huberdeau est une municipalité du Québec située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides.

    Calvaire

    Huberdeau est reconnue pour son calvaire installé au début du xxe siècle. Il est constitué de statues de fonte, plus grand que nature. De là on a une vue imprenable sur la vallée de la rivière rouge et de ses montagnes.

    La municipalité a pris son nom en l’honneur de l’abbé Gédéon-Ubalde Huberdeau, autrefois curé d’Albany, de Saint-André-d’Argenteuil, d’Ibervilleet de Chambly.Le toponyme Huberdeau est passé dans les usages vers la fin du XIXe siècle pour désigner tout à la fois le village et le site de son orphelinat, en hommage à l’abbé Huberdeau. Ce toponyme est retenu comme dénomination du bureau de poste à son ouverture en 1895. Les écrits des Pères Montfortains, à l’occasion des fêtes jubilaires de 1910, utilisent le toponyme Huberdeau pour désigner le site de l’Orphelinat agricole Notre-Dame-de-la-Merci 1. Ce n’est cependant qu’en 1926 que ce toponyme est officialisé lors de la constitution de la municipalité d’Huberdeau comme entité séparée de la municipalité de canton d’Arundel.

1875 History Histoire Hospice Sacred-Coeur

  • Hospice Sacré Cœur

    Devant l’ampleur du problème de l’abandon des enfants et des vieillards, l’hospice du Sacré-Cœur de Sherbrooke décide d’agrandir ses installations. Elle deviendra la deuxième institution en importance au Québec avec ses 250 lits pour enfants et ses 250 lits pour personnes âgées.

    Contrairement à la plupart des institutions qui accueillent des orphelins, l’hospice du Sacré-Cœur abrite en majorité des enfants issus de milieux défavorisés dont les parents sont aux prises avec de graves problèmes financiers. La pauvreté qui sévit dans la région des Cantons de l’Est à cette époque n’est pas étrangère à l’abandon de ces enfants.

  • ORPHELINAT DU SACRÉ-CŒUR
  • L’HÔPITAL ROY, L’HOSPICE ROY, L’ORPHELINAT DU SACRÉ-CŒUR Par Louis Aubry, vice-président de la Société historique Louis-Joseph-Papineau inc.Peu de gens savent ou se souviennent que cette magnifique résidence sise dans l’est de Montebello, qui fait face à l’ancienne résidence de Napoléon Bourassa, a déjà connu deux vocations. Un minuscule hôpital a été fondé par un couple du nom de Roy et transformé par la suite en hospice.1
  • Tout les Hôpitaux du Québec  enregistré au Canada
  • Baie St Paul (Québec)

    Hôpital de Baie-Saint-Paul 74, boul. Ambroise-Fafard Baie-Saint-Paul (Québec) G3Z 2J6 (418) 435-5150

    Installation importante du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Charlevoix, l’Hôpital de Baie-Saint-Paul a une vocation de soins généraux et spécialisés, de promotion-prévention, d’hébergement et de soins de longue durée ainsi que de réadaptation en déficience intellectuelle et en déficience physique.

  • Les orphelins de Duplessis libérés d’un fardeau

  • Les dossiers numérisés ne contiendront pas les faux diagnostics de maladie mentale

Samedi 26 Avril 2014 Le Comité des orphelins victimes d’abus (COVA) La mobilisation menée par le COVA a porté fruits et favorise une meilleure justice sociale. L’ensemble des démarches entreprises sensibilisent aux difficultés vécues par les personnes étiquetées d’un diagnostic psychiatrique

Christian Desbiens

Artiste multidisciplinaire
Québec, Canada | Musique
Auparavant :
Infographiste chez MonBuro.ca, Agent de bureau chez COVA (Comité des Orphelins Victimes d’Abus), Telephoniste chez Gexel Telecommunications, Chan…
Formation :
Collège Salette, Polyvalente de Lévis, Cégep Saint-Laurent, Cégep Lévis-Lauzon

COOID NicoleJoannette

Nicole Joannette Orpheline de Duplessis, Nicole est vice-présidente et porte-parole du Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis et secrétaire de l’Association des victimes de prêtres

 Débile mentale avancée inapte à l’adoption, à ne pas introduire dans la société. » Voila le diagnostic lourd de conséquences dont les autorités médicales m’ont affublée. Jugez par vous-mêmes… Les intervenants, les religieuses, y mettent le paquet pour que le tout ait un air de vérité. Car, la plupart d’entre vous le savent, les orphelins de Duplessis ont été déclarés malades mentaux pour augmenter la subvention du gouvernement fédéral versée aux religieuses qui administrent ces internats.  Le Comité des orphelins victimes d’abus (COVA) estime que jusqu’à 15 000 orphelins au Québec pourraient avoir reçu un faux diagnostic psychiatrique entre 1940 et 1965. Je cite La Presse, 20 mars 2012. En ce qui me concerne, ce diagnostic a été certifié par le Dr Denis Lazure, ce qui témoigne de la probité, de la belle intégrité professionnelle des autorités médicales à l’époque.

Dans les années 40 et 50, les autorités religieuses, médicales et gouvernementales ont maintenu dans des institutions psychiatriques autour de 3,000 orphelins (environ) pour la plupart faussement étiquetés malades mentaux. Alors qu’un concordat existait entre l’Église et l’État , ils étaient internés au mépris de la loi et avec la complicité du corps médical . En institution ou sur les terres agricoles, la majorité des enfants ont servi de main d’oeuvre gratuite et un grand nombre d’entre eux ont subi des sévices corporels ou ont été exploités sexuellement. Coupés de toute instruction, ces enfants, devenus adolescents, ont facilement constitué une main d’oeuvre gratuite soit dans les fermes (d’où l’expression orphelins agricoles) soit dans les institutions elles-mêmes. 

 Orphelins de Duplessis – Wikipédia

 Les orphelins de Duplessis veulent faire détruire leurs faux …

 Les orphelins de Duplessis libérés d’un fardeau | Le Devoir

 Les faux diagnostics des orphelins de Duplessis pourront être …

 Les orphelins de Duplessis soulagés

 Orphelins de Duplessis, enfants d’asiles | Les Archives de Radio …

 Les orphelins de Duplessis soulagés – Le Journal de Montréal