bienfaiteur

Le berceau des faux Anges réduit le Génocide des Enfants née dans des berceaux maltraité pas la Politique et la Religion Catholique du Québec et du Canada.

 

 

 

 

 

 

 

Une mère qui cherche son enfants a la crèche ou les religieuses cache leur indemnité pour les vendent au marché des  américains et européen elle doit rester a la crèche pour leur faire faire des sale besogne donc les sœurs ne veulent pas faire.

Les Sœurs du Bon-Pasteur de Québec et la Crèche Saint-Vincent-de-Paul — Le patrimoine immatériel religieux du Québec 

La Crèche Saint-Vincent-de-Paul comptait quatre départements, partagés en autant de niveaux. Les enfants étaient gardés au premier étage de leur naissance à l’âge de trois ou quatre mois puis étaient transférés au deuxième étage, où logeaient les bébés de quatre à dix mois. Le troisième étage hébergeait les « grands », âgés de dix mois à deux ans. Les plus âgés habitaient le rez-de-chaussée, ce qui leur offrait la possibilité de sortir fréquemment et de profiter de la cour et du parc.

Archives des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec
Archives des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec

Archives des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec

Archives des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec
Archives des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec
IPIR 2011, soumis à copyright
Archives des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec

En avril 1953, au moment du départ de sœur Albertine Boucher de la Crèche, l’établissement logeait 810 bébés. D’abord considérable, compte tenu du nombre d’enfants sur qui veiller, la tâche des religieuses et des aides laïques a toutefois été allégée suite à la fondation, en 1948, de l’École de Puériculture. Dès lors, des étudiantes ou des graduées assistaient les religieuses et avaient des enfants à leur charge. Chaque étage étant séparé en dortoirs de treize lits, chaque religieuse et chaque puéricultrice avait à sa charge treize enfants. Au 2e étage, une graduée en puériculture s’occupait, quant à elle, d’une section de trois dortoirs. Ainsi, en plus des religieuses, le personnel de la crèche était composé d’étudiantes en puériculture, de puéricultrices diplômées, d’infirmières, de médecins et d’aides. Plusieurs services essentiels étaient aussi présents à la Crèche, notamment la cuisine, la buanderie, la lingerie, les ateliers et la biberonnerie.

 

Les bienfaiteurs et bienfaitrices venais comme les Kiwanis donner de la joie et des cadeaux la musique durant les fêtes dans l’année courante.

36-sylvain-lafeche-1961herve

D’autre bienfaiteur aussi sont venue dans les creches et les Orphelinats et Hôpital a fin des les réconforter les enfants de leur conditions physique ou mental .

Durant l’été un bienfaiteur anonyme

Conclusion du Gouvernement Du Québec

Un dossier de corruption n’a pas de conclusion elle a de l’improvisation regarder combien de décret par dessus de Décret improviser, Dans un une décision

Maurice Duplessis         progrma-national-recon0001     solidarité sociale offerts par Emploi-Québec l’immigration

         7 ou 8 décret quel république de Bananes.

  • Littéraire. Ce qui subsiste de quelque chose : Il a encore un reliquat de haine à mon égard.
  • Rod Vienneau. Les enfants de la grande noirceur: les orphelins de Duplessis: révélations chocs par la Commission pour les victimes de crimes contre humanitariste dans le dossier des orphelins de Duplessis. Library and Archives Canada Amicus #: 33978709.

John Sigal et al. Health and psychosocial adaptation of les enfants de Duplessis as middle-aged adults: final report. Library and Archives Canada Amicus #: 27771264.

Jacques Baugé-Prévost. Plaidoyer d’un ex-orphelin reprouve de Duplessis. Library and Archives Canada Amicus #: 22143105.

Le programme national de reconciliation avec les orphelins de Duplessis ayant frequente certaines institutions. Bibliothèque et archives nationales du Québec.

Programme national de reconciliation avec les orphelins et orphelines de Duplessis: demande d’aide financiere: guide du demandeur. Bibliothèque et archives nationales du Québec.

CBC Archives:Duplessis Orphans

Radio-Canada archives: Orphelins de Duplessis

National Film Board (1972): Quebec: Duplessis and After

Television mini-series by Ciné Télé (1999; 2007 DVD version): Les Orphelins de Duplessis

Future Reading

Quebec Ombudsman, 1997. The « Children of Duplessis »: A Time for Solidarity: Discussion and Consultation Paper for Decision-making Purposes. [The best source for a succinct summary of background information, statistics, historical context and the issue.]

Quebec Ombudsman, 1997. Comments and Reflections by the Quebec Ombudsman.

 Dufour, Rose. Naître rien: Des orphelins de Duplessis, de la créche à l’asile (Éditions MultiMondes, 2002). In particular, note pages 18-19 for a brief history of how the issue became public.

Dumont, Micheline. “Des religieuses, des murs et des enfants.” L’Action nationale 84, 4 (1994): 483-508.

Gill, Pauline. L’histoire vraie d’Alice Quinton, orpheline enfermée dans un asile à l’âge de 7 ans (Montreal: Editions Libre Expression, 1991).

Malouin, Marie-Paule. L’univers des enfants en difficulté au Québec entre 1940 et 1960 (Bellarmin, 1996). The author, who was given a mandate by the church in 1992 to investigate the controversy, directs blame away from the church and towards the government. See, also, an interview with the author published in L’actualité, July 1997, Vol.22, No.11.

Nootens, Thierry. “Mémoire, espace public et désordres du discours historique: l’affaire des orphelins de Duplessis 1991-1999.” Bulletin d’histoire politique 7, 3 (1999): 97-107.

Paré, Nikolas, John J. Sigal, J. Christopher Perry, Sophie Boucher, Marie Claude Ouimet. “Les expériences vécues par les enfants de Duplessis institutionnalisés: Les conséquences après plus de 50 ans.” Santé mentale au Québec 35, 1 (2010): 85-109.  This article describes in detail the abuse and provides two personal narrative case studies.

Roy, Bruno. Mémoir d’asile (Boréal, 1994).

Turenne, Martine. “La veritable histoire des Orphelins de Duplessis.” L’actualité 22, 11 (July 1997): 51-58. The article makes reference to specific institutions including Mont-Providence.


Signifiant Dates

1964 – Jean-Guy Labrosse Publisher Ma Chienne de vie about his experience as one of Duplessis’ children.

1965 – Noël Flavien founds the Association des Orphelins du Québec d’avant 1964.

1989 – Jeannette Bertrand’s episode on Duplessis’ orphans.

1991 – Pauline Gill published L’histoire vraie d’Alice Quinton.

1992 – Formation of the Duplessis Orphan’s Committee (Comité des orphelins de Duplessis) by Hervé Bertrand Président en fondateur défenseur des Orphelins (es)

1994 – Bruno Roy publishes Mémoir d’asile.

1995 – Attorney General announces that there is insufficient evidence to proceed with criminal complaints against church members.

1997 – Quebec Ombudsman report The « Children of Duplessis »

1999 – Quebec government apologizes and offers $3 million in compensation

1999 – Catholic Church rejects demand for an apology or compensation

2001 – Quebec government offers an apology and individual compensation of $10,000 plus $1000 for each year spent in an asylum. The Duplessis Orphan’s Committee accepts the offer.

2006 – Quebec government provides an additional $26 million in compensation with the caveat that individuals have to agree to not pursue legal action against the government or the church.

2010 – Bruno Roy dies on January 5. after the bordel is comming

 Hydro-Québec | Corruption libérale

Corruption libérale

De Maîtres chez nous à Traîtres chez nous!

Hydro-Québec

Main mise sur Hydro Hydro-Québec

Hydro-Québec: jusqu’à 18 des 21 personnes nommées au conseil d’administration par le gouvernement Charest ont cotisé à la caisse du PLQ depuis 2000, soit 85%.

Le dossier d’André Caillé

M. Caillé était arrivé à Hydro en 1996, quand Lucien Bouchard était allé le chercher pour mettre fin prématurément au mandat d’Yvon Martineau, disciple de Jacques Parizeau. M. Caillé avait été renommé pour cinq ans en 2000, et ce mandat venait normalement à terme en septembre prochain.
Denis Lessard, La Presse mercredi 06 avril 2005 (1)

Quand le Québec entreprend de s’attaquer à son bilan de gaz à effet de serre (GES) en 2003, André Caillé propose de hausser les émissions à 4 % au-dessus du niveau de 1990 plutôt que de cibler –6 % en vertu du protocole de Kyoto. L’ancien p.-d.g. de Gaz métro, qui a fait acheter à Hydro-Québec un important bloc d’actions de cette société, lance alors l’idée de construire 12 centrales thermiques au gaz sur la frontière étasunienne pour approvisionner «d’urgence» le Québec, raconte Daniel Breton, de Maîtres chez nous au 21e siècle, «une fausse urgence puisque que c’était l’effet de sa politique à 3 cents». Le premier projet sera celui du Suroît, qu’une mobilisation citoyenne et écologiste sans précédent mettra en échec.

Mais André Caillé «déjouera l’opinion publique et le milieu écologiste, poursuit Daniel Breton, en faisant autoriser la construction d’une autre centrale thermique le même jour où Québec abandonnait le Suroît», soit celle de Bécancour, propriété de TransCanada Énergie.

« Le pire, poursuit ce militant en première ligne maintenant contre les gaz de schiste, c’est que la direction d’Hydro va refuser de se transformer au gaz naturel pour une maigre somme de 120 millions sa centrale au kérosène de Bécancour. Aujourd’hui, en raison de la stratégie d’André Caillé, on a versé près d’un demi-milliard à TransCanada pour qu’elle ferme sa centrale de Betancourt parce que le gaz coûte trop cher. Ça ne coûterait rien à Hydro-Québec de fermer sa propre centrale! On paye pour le dogme du tout au privé!»
(…)
Quand André Caillé arrive à la présidence d’Hydro-Québec en 1996, le Québec sortait d’un grand débat sur l’énergie et tout le monde s’était rallié à un consensus, y compris Hydro-Québec, pour donner la priorité à l’efficacité énergétique et pour confier ensuite à une régie indépendante le choix des projets énergétiques en fonction de leurs impacts sur l’environnement, ce qui plaçait le gaz et le pétrole en bas de la liste.

André Caillé s’attaque d’entrée de jeu à ce consensus, suscitant l’opposition immédiate des écologistes.

Il parle de déréglementer tout le dossier énergétique sur le modèle de la Californie, de remplacer la hiérarchisation écologique des filières par les forces du marché.

Même si cela attaquait de front le « modèle québécois » issu de la nationalisation de l’électricité (2)
(…)
(Les profits, taxes et impôts qu’Hydro-Québec verse au gouvernement du Québec sont plus importants que les taxes et impôts des 300 000 entreprises privées québécoises.) (3)

Le dossier de Thierry Vandal

« Thierry Vandal, ancien de Gaz Métropolitain comme André Caillé et le chef de cabinet de Jean Charest, Stéphane Bertrand, est bien connu au PLQ.

Sous Robert Bourassa, il dirigeait la commission politique du parti. Le poste qu’il obtient est probablement la nomination la plus convoitée à Québec -le salaire d’André Caillé atteint 460000$. »
Denis Lessard La Presse mercredi 06 avril 2005 (1)
Dès son arrivée à la tête d’Hydro-Québec, en 1996, André Caillé s’est empressé d’aller chercher son collègue Vandal, à qui il a tout de suite confié des responsabilités importantes.

Ingénieur formé à Polytechnique et détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de HEC Montréal, Thierry Vandal a commencé à être connu dans le monde politique d’abord, comme président de la commission politique et vice-président du Parti libéral du Québec.

Il a passé six ans dans le secteur pétrolier, chez Shell, et quatre années dans le secteur pétrochimique, chez Kemtec, avant de suivre André Caillé chez Hydro.

Nommé vice-président à la direction, planification stratégique et développement des affaires en 1996, Thierry Vandal est resté le bras droit d’André Caillé au cours des neuf dernières années. (4)

(1) http://archives.vigile.net/05-4/economie.html

(2) http://www.ledevoir.com/politique/Quebec/296037/comment-André-caille-est-devenu-la-bete-noire-des-écologistes

(3) http://archives.lautjournal.info/autjourarchives.asp?article=2209&noj=237

(4) http://politik.monblogue.branchez-vous.com/2005/4/8/

Gouvernement du Canada No Justice

Le berceau des faux Anges la vérité se sont des orphelins et orphelines de Duplessis.

Canada par Joseph James Paul Martin le responsable du Génocide de ces enfants née hors mariage sans le consentement des deux diocèses de Montréal et Québec de la secte La Religion Catholique de Rome ou le pape est assis sur sont laurier .

 

Google Traduction 

My blog talks about the two governments of Canada Eastern Quebec who created a Genocide together with the Catholic religion that made us thousands of orphans slaves to be made before March 17, 1954 we were orphans March 18 have us label False diagnosis of mental debility the most part have stayed working for free on other lands in churches girls and boys me I am the founder and I would still love to write a book and make a film about this horrible story in English and French as well Make a film I have all the documents to prove this massacres towards children who not ask to become mental debility if you want to write me or answer go on my email h1bertrand@videotron.ca My name Hervé Bertrand

ul Joseph James Martin a aider a faire des malades mentaux pour se débarrasser du Dossier du Mont-Providence.

Les libéraux Ontariens choisissent Nathalie Des Rosiers dans Ottawa-Vanier

Nathalie Des Rosiers est la doyenne de la Faculté de droit à l’Université d’Ottawa. Elle a travailler dans notre dossier elle a prit la part du payeur (Gouvernement du Canada) et ont foucussier sur les autochtones  de plus elle défend jalousement sont gouvernement en disant le fédéral n’est pas le responsable de ce Génocide Politique et religieux

Jump to: navigation, search
The Right Honorable
Paul Joseph James Martin   Paul matin fils 
PC, CC, QC
Paulmartinsr.jpg    

MONTREAL, QUE.: DECEMBER 15, 2011–Former Canadian Prime Minster, Paul Martin speaks about his work with the aboriginal communities and his Martin Aboriginal Education Initiative, in Montreal Thursday December 15, 2011. (Allen McInnis / THE GAZETTE) For Mark Kennedy (Postmedia News) 2011-MARTIN-ABORIGINALS MARTIN-MEDICARE

Joseph James Guillaume Paul Martin,[1][2] PC CC QC (June 23, 1903 – September 14, 1992), often referred to as Paul Martin, Sr, was a noted Canadian politician. He was the father of Paul Martin (Jr.), who served as Prime Minister of Canada from 2003–2006.

 

1935–1968 Joseph James Guillaume Paul Martin

Différentes for

Une injustice à l’un d’entre nous est une menace pour tous.Gandhi »

. Le gouvernement fédéral, les communautés religieuses et le corps médical doivent contribuer financièrement au fonds d’indemnisation, selon des proportions qu’elles doivent négocier.

Des d’abus contre des individus ont eu lieu dans des établissements publics au Canada. Cela est un fait de l’histoire canadienne du xxe siècle. Les orphelins de Duplessis font partie de ces victimes d’abus. Ces enfants, orphelins sous la tutelle de l’État, ont été placés en milieu psychiatrique par le gouvernement de Maurice Duplessis, permettant à ce dernier de toucher des subventions fédérales spécialement prévues pour la psychiatrie. La présente étude porte sur les perceptions et sur l’expérience institutionnelle de ces enfants. Elle relate la lutte qu’ils ont menée, dans ses dimensions légales et politiques, pour faire connaître l’injustice qui leur a été faite et pour faire reconnaître leur statut d’ abusé ». Ils ont demandé réparation au gouvernement provincial, à la profession médicale et à l’Église catholique. Mandaté par la Commission du droit du Canada, ce texte n’engage que ses auteurs.

Les autochtones on reçu du fédéral vingt deux milliards de dollars   en plus il demande encore de dollars pour des femmes qui se sont fait tuer dans leur famille respective encore nous qui paie, pour les orphelins coller au ministère de l’immigration et de l’emploie, qu’ès que l’ont fait la dans se ministère c’est surement de l’improvisation de Lucien Bouchard et ses complices, écraser en miettes les victimes blancs .

Dans plusieurs autres cas d’abus de jeunes qui ont eu lieu dans des établissements de santé ou d’éducation (le plus connu étant Mount Cashel à Terre-Neuve), il y a eu au moins reconnaissance, par les instances impliquées, qu’une injustice avait été commise. Dans le cas des enfants de Duplessis, au moment de la collecte des données, il n’y avait même pas eu cette reconnaissance, ni de la part du gouvernement du Québec, ni de celle de l’Église catholique, ni de la profession médicale du Québec. Cela se reflète donc dans le thème le plus important mentionné par les informateurs, qui soulignent cet intense besoin ressenti de faire reconnaître qu’une injustice a été commise[1]. Même s’ils comprennent et acceptent que les normes de discipline de cette époque étaient différentes de celles aujourd’hui, ils ne peuvent accepter de n’avoir pas été éduqués et, plus encore, ils acceptent très mal d’avoir encore et toujours à vivre avec l’étiquette « débile mental » qui leur a été accolée. C’est cette pratique d’étiquetage, largement répandue à l’époque, qui demeure insupportable, source de stigma et d’une faible estime de soi. Un des plaignants croyait même que cette étiquette lui avait été assignée avant sa date de naissance[2]. On a obligé les orphelins à vivre avec ces étiquettes toute leur vie.

INTRODUCTION

la-dignite-retrouver

Le Rapport de la Commission du droit du Canada intitulé La dignité retrouvée : La réparation des sévices infligés aux enfants dans des établissements canadiens nous a fait mieux comprendre cette question complexe et délicate. Tant dans son analyse que dans ses recommandations, le Rapport propose des idées qui seront très utiles au gouvernment du Canada afin de l’aider à respecter son engagement de veiller à la protection et au bien-être des enfants. Il s’agit d’un engagement fondamental, qui se reflète dans plusieurs programmes et initiatives. Toutefois, au moment de concrétiser ces engagements, nous devrons faire face à de nombreux défis, dont très peu sont aussi grands que celui de réparer le dommage causé par les sévices infligés aux enfants dans les établissements dirigés, financés ou parrainés par le gouvernement.

En répondant au rapport de la Commission du droit, le gouvernement a choisi d’adopter une approche pratique. Nous sommes entièrement d’accord avec les principes et les valeurs prônés par la Commission et nous croyons que ces principes et valeurs sont absolument conformes à ceux qui sous-tendent un grand nombre de nos politiques et programmes. Le présent document est structuré selon trois thèmes principaux qui, selon nous, reflètent les préoccupations principales de la Commission et du gouvernement :

Les droits de l’homme 

Pour célébrer le 50e anniversaire de la Déclaration en 1998, l’UNESCO a édité une médaille commémorative dont la face représente un globe terrestre entouré des mots Déclaration universelle des droits de l’homme, 1948-1998, 50e anniversaire . Au revers est gravée la première phrase de l’Article 1: Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits, ainsi que les mots « droits de l’homme » dans les six langues officielles de l’Organisation : anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe. Au centre figure le logo de l’UNESCO.


Nomenclature Page 2

Page 6 A 10

Site du Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis (COOID)

1950 Les religieuses envoyait des pamphlet s pour venter déjà l’orphelinat

Quand elle venait tout juste construire pour un hôpital à sa raison première

Elle venais tout juste de mentir aux Gouvernements du Canada car l’or toit venais du Fédéral il ont pris trois ans a cent percevoir.

1950 juin 12 C’est peu de temps après, en 1950, que l’école Mont-Providence à Rivière-des-Prairies a été fondée. Cette école dirigée par des religieuses avait pour mission d’apporter des enseignements adaptés aux enfants abandonnés qui en avaient besoin. Mentionnons que ces services, très coûteux à assumer, étaient financés au départ par une subvention du gouvernement fédéral donnée dans le cadre d’un programme destiné au domaine de la santé, et non au domaine de l’éducation.

1950 12 Juin Gérard Pelletier, Histoire des Enfants triste (Orphelins Enfants née hors mariage sans le consentement du diocèse de Montréal et Québec Le Devoir du 12 juin au 10 juillet 1950 (série de 23 articles).

1950 Ministère de l’industrie et du Commerce, Annuaire Statitique Québec 1950 Gouvernement du Québec 1951

1950 Numéro 400 Paul-Émile Léger revient au Canada. Le pape Pie XII le nomme archevêque de Montréal. Dès lors, et jusqu’en 1967, il anime l’émission « Le chapelet en famille » sur les ondes de CKAC

1951: loi relative aux maladies mentales Chapitre 47 (Sanctionnée le 4 décembre 1951 A ces cause ,Sa Majesté, loi du Commun law.

1952 Déficits annuels $ 361 mille dollars $ 354 mille dollars 1953 at $ 279 ,000 en 1954

1953 mars 18 En 1953, les religieuses en charge de cette école ont fait une nouvelle demande d’aide financière au gouvernement pour assurer la continuité de leurs services. Par cette nouvelle demande, le gouvernement fédéral a pris connaissance que l’argent qu’il avait d’abord accordé dans le cadre d’un programme de santé, avait été détourné et utilisé pour subventionner une école. Ottawa a en conséquence refusé d’avancer à nouveau des fonds. Pour obtenir malgré tout le financement fédéral, le Premier Ministre du Québec, Maurice Duplessis, a pris la décision de changer la vocation de l’école pour la transformer en institut psychiatrique. Le nom « enfants de Duplessis » tire d’ailleurs son origine de cette initiative

1953/28 juillet -Paul Martin Le père: Qui a refuser donner subvention aux S Soeur de la Providence,avec Jules Léger et Jacques Hébert tous deux Cénateur a Ottawa, on demander D’aider les religieuses car le Cardinal Paul Émile Léger voulais sauver ses enfants Née hors mariage (Orphelins es)

1953 Paul-Émile Léger devient Prince de l’Église : 15 janvier 1953

Publiée le 2013-04-13

Le 15 janvier 1953, une neige fine tombe sur Rome. Dans la basilique Saint-Pierre, Pie XII dépose le chapeau rouge sur la tête du douzième cardinal à être couronné ce jour-là. Monseigneur Paul-Émile Léger, l’archevêque de la métropole, vient d’être nommé prince de l’Église. Tout Montréal exulte car il s’agit d’un précédent spectaculaire ; cet honneur était auparavant réservé au diocèse de Québec. La nomination de Paul-Émile Léger permettra à l’Église québécoise de vivre l’un des derniers moments de son épopée nord-américaine. En effet, la prochaine décennie verra les Québécois remettre en question leurs pratiques religieuses.

1954-Cardinal Paul Émile Léger qui a pas été capable de régler le litige entre Ottawa et Québec (Mont providence)

1954 12 Août Un Arrêté en Conseil Numéro 816 présent Lieutenant Gouverneur en conseil Concernant :Le Mont-Providence Communauté

Des SS de La Charité de la Providence   7200 Bvd Gouin Est Montréal P.Q

En cadeau 3 million de dollars pour étiqueter des enfants légitimes en débile mentale signé par le fin renard Maurice le Nobles Duplessis.

1954 À la fin de l’année scolaire les enfants qui ont une famille sont renvoyer chez eux leur parent, ils restait 370 enfants non réclamé il ont tous eu un faux diagnostique dans L’hôpital Psychiatrique.

1954 avril Albini Girouard, Nos services sociaux diocésains .Une étude sur les ressources de revenues de huit Service Sociaux diocésains ,Université de Montréal, Faculté des sciences sociales, Économiques et Politiques, maîtrise avril 1954

1955-Gules Léger Cénateur Ottawa Frère du Cardinal on pas réussit de faire changer d’idée a Paul Martin le Ministre Fédéral de la Santé Canada.

1957 a 1961 Rapport présenté par le sous comité des déficients mentaux relevant De la sous-commission des exceptionnels du département de l’instruction. Mémoire sur le classification des enfants et l’organisation des classes au Mont-Providence , Gouvernement du Québec Ministère de la Santé et du Bien-être social 1961.

Publique de la province de Québec . Le problème du déficient mental entraînable Par le docteur Louis Barbeau Directeur du bureau des classes auxiliaires de la Commission des écoles Catholique de Montréal.

Louis Barbeau Dangereux Dit; une des trois solutions des déficients mentaux c’est les Euthanasies

1960-Conrald Black : Qui a écris L’histoire Maurice Duplessis du Québec qui a sauver $$ sur le dos des Orphelins

1960 Numéro 392 word Témoignages sur le Duplessisme

(source : actes du colloque Duplessis, entre la grande noirceur et la société libérale, Alain G. Gagnon, Michel Sarra-Bournet (Édition Québec Amérique) et la participation de plusieurs sociologues : Jacques Beauchemin, Jocelyn Létourneau,Gilles Paquet, Françopis-Albert Angers, Jules Duchastel Parlant du conservatisme duplessiste, l’auteur nous rapporte que Fernand Dumont a écrit ceci dans la Genèse de la société québécoise « (…) c’est la société qui était conservatrice. Elle l’était par le poids des contraintes, par sa structure

1960 Numéro 391 Word Le Bulletin d’histoire politique publié par l’Association québécoise d’histoire politique L’analyse et ses recommandations

Le Rapport de la Commission Tremblay s’attaque à ces deux dimensions. Bien qu’il affirme que «la politique constitutionnelle de la province de Québec ne s’est jamais, depuis 1867, écartée de la stricte interprétation fédéraliste de la Constitution», on sait que ce qu’au Québec on appelle l’esprit et la lettre de la constitution ne correspondent pas à ce qu’ont à l’esprit leurs vis-à-vis. Cela ne faisait-il pas dire à Maurice Lamontagne que l’esprit et la lettre de la constitution signifiaient la centralisation et non le contraire

1961-Jacques Hébert Cénateur a aider a Jean Charles Pagé a écris ses mémoires De ST Jean de Dieu.

Le nobles Maurice Duplessis Esclave des orphelins dans le Hôpitaux église Terre agricole Décret 816 Albini Paquette l’endosseur de Maurice Duplessis

1962, 16 mai le rapport de la commission Bédard a été déposé. C’est ce rapport qui a mis fin, en exigeant la désinstitutionalisation des jeunes, aux souffrances qu’ils enduraient. Depuis lors, une partie des orphelins de Mont-Providence aurait réussi à se socialiser normalement. Cependant, une autre partie aurait vécu plus de difficultés d’adaptation à leur sortie de l’institution. Ce sont eux qui constitueraient les membres centraux du mouvement de contestation des orphelins de Duplessis.

En septembre 1999, la communauté religieuse québécoise a annoncé qu’aucune excuse ne serait faite aux orphelins, considérant le travail difficile qu’elle avait effectué au moment des faits reprochés.

En fait, des années après que les injustices vécues aient eu lieu, les orphelins, membres de ce mouvement de contestation, ont souhaité obtenir des réparations. Vers le début des années 1990, un recours collectif a donc été intenté et 240 plaintes individuelles ont été portées au tribunal criminel. Aux plaintes des enfants de Mont-Providence, se sont également jointes celles d’abus physiques ou sexuels concernant des faits survenus dans d’autres institutions psychiatriques. En effet, il faut mentionner que l’institution de Mont-Providence n’était pas la seule du genre à accueillir des enfants à l’époque. L’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu à Montréal et le Foyer Sainte-Luce à Disraëli sont d’autres hôpitaux psychiatriques où des jeunes ont été internés. Reste cependant que le cas de Mont-Providence est souvent davantage rapporté par les médias.

1962 Rapport Dominique Bédard Rapport de la Commission d’étude

Des hôpitaux psychiatriques Gouvernement du Québec Ministère de la Santé 1962

1969 17 septembre Arrêté en Conseil 2787 Concernant L’hôpital Rivière des Prairies Attendu Que c’est un hôpital Attendu Le lieutenant gouverneur

Qui nome le surintendant et sont assistant des ces hôpitaux

Attendu Que remplacer par la corporation Hôpital Mont-Providence

Que le docteur Denis Lazure est nommé surintendant des cet Hôpital

Que le docteur Jean Paul Milot nommé assistant dudit Hôpital.

1969 31 Octobre les Soeurs des la Providence ont vendu 5.3 million le Mont-Providence au Gouvernement du Québec L’établissement devient Hôpital Rivière des Prairies Acte de Vente des Actifs de l’hôpital Mont-Providence à la corporation Hôpital Rivière des Prairies,Ville de Montréal

1983Lis et règlement aux membres d’organisme et arrêtées par le Gouvernement par le décret numéro 2500-83 compte tenu des modification qui y ont été ou qui pourront y être apportées.

Daniel jacoby Défendeur des orphelins On la mit dehors

Avocate Lydia Assayac Elle ma dit que le gouvernement n’est pas neutre dans votre dossier

1988 Denise Robillard Émilie Tavernier-Gamelin, 1988 La traversée du Saguenay : les Sœurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil de Chicoutimi, 1994 Paul-Émile Léger : Évolution de sa pensée, 1950-1967 ; 1993 Aventurières de l’ombre. De l’obéissance au discernement, les missions des sœurs de la Providence, 1962-1997 ; 1997. Enseigner le catéchisme, 1997. L’expérience de Dieu avec Catherine de Sienne, 2000 Les merveilles de l’Oratoire : l’Oratoire Saint-Joseph du

Pétition pour une justice

Le Génocide et le massacres des enfants venue au monde sur le territoire Canadien et Québécois sans loi et protection pour eux les victimes

Les enfants nées hors mariage sans le consentement des deux diocèses de Montréal et Québec le gangstérisme de la Religion Catholique et la corruption Duplessite prédomine avec la complicité des sœurs de la Charité de la Providence 

Pétition pour une vraie justice nous les orphelins et orphelines ont ces fait avoir par Lucien Bouchard le magouillage il l’avocat  ceux qui ont commit des crimes

Pétition pour les orphelins (es) de Duplessis  Tout les orphelins

La justice carbure à l’injustice de la république de Banane

  • Attendu que les deux Gouvernements doivent faire des vraies Excuses
  • Attendu que les deux Gouvernements doivent faire des réparations Véritables
  • Attendu que les deux Gouvernements doivent faire et donner chacun sa dignité Humaine
  • Attendu que les deux Gouvernements doivent faire et donner et reconnaître leur tors
  • Attendu que les deux Gouvernements ne pas doivent pas comploter en arrière des victimes des Orphelins (es)
  • Attendu que les deux Gouvernements ne pas doivent faire des décrets improviser comme nous avion 9 ime décrets
  • Attendu que les deux Gouvernements doivent et donner l’histoire du Génocide la maltraitances dans les institution du Canada et du Québec des Orphelins dans les écoles et Université
  • Attendu que les deux Gouvernements doivent insisté les deux autres complices a faire leur part: Religieuses & Psy du Québec et Canada
        2 ime  Pétition contre C.O.O.I.D.
Pétition pour ouvrir une enquête sur le comité des Orphelins de Duplessis

 

Le comité des Orphelins de Duplessis a dérapé dans le règlement avec le gouvernement de l’époque, l’étiquette de débilité mentale n’a pas été supprimée des dossiers médicaux des Orphelins et la gestion des fonds d’argent destiné au comité des Orphelins de Duplessis est plus que douteuse. Nous avons bonne raison de croire que le président Bruno Roy a dépensé une grosse somme d’argent frauduleusement. Plusieurs Orphelins disent ouvertement que Bruno Roy aurait acheté une maison d’une valeur de 250,000$ à Edmonton Nouveau Brunswick avec l’argent détourné.
Nous agissons en qualité de citoyens concernés et nous demandons à nos dirigeants de procéder à des mesures immédiates pour ouvrir une enquête sur la gestion du comité des Orphelins de Duplessis et sur les agissements du président Bruno Roy.

1999 Manifestation

 

Bruno Roy, président du Comité des orphelins de Duplessis,  
à la tête d’une manifestation en février 1999, à Montréal.
—– « Faire des excuses, a dit le cardinal Turcotte à la conférence de Presse du 15 septembre dernier, c’est perdre notre temps ». C’est une chose de refuser, c’en est une autre de le faire avec mépris et mensonge volontaire. Bref!Malgré la gifle brutale et méprisante de l’Église catholique qui refuse d’exprimer des excuses et donc de reconnaître ses torts, nous poursuivrons notre lutte difficile. Nous sommes en ce moment à établir avec le bureau du Premier ministre les modalités d’une rencontre avec monsieur Bouchard, rencontre qu’il a acceptée à ma demande. Cette rencontre doit nous sortir de l’impasse dans laquelle le gouvernement du Québec a mis les orphelins de Duplessis Si, rencontre ou pas, l’impasse est maintenue, il nous faudra conclure à la fin des négociations avec le gouvernement du Québec. La rupture sera alors totale. La société distincte de l’injustice sera chose faite.

Rapport de Police

Chronologie des événement aux niveau Criminel  sur le territoire Québécois

Rapport fait dans un poste de police de Montréal

changement (Police Municipale a Provincial)subtilement du ministre de la justice par ordre de Lucien Bouchard

Par la sûreté Provinciale gérer par  la procureure Générale du Palais de justice 1 rue Notre Dame et du bureau du 11 étage la place qui gère les scénarios a suivre les directives du Gouvernement du Québec.

Lucien Bouchard a nommé une personne qui mènera bien l’enquête pour le compte Du gouvernement de la république de banane du Québec en l’occurrence  Mme Estelle Gravelle qui débarque en fanfaron, c’est moi qui arrive, tassez vous les orphelins de Duplessis.

Le première impression quand elle venue me voir ça sentait déjà la tricherie a plein nez  et elle était  habillée comme une sœur. Elle m’a dit: Bonjour Mr Bertrand je me présente je suis la procureure général du Québec, et moi je suis Hervé Bertrand qui est le fondateur des orphelins de Duplessis.

 Estelle Gravelle commence a placer ses pions deux policiers par institution, dont j’avais fait les sept recours contre les responsables du génocide du  massacre des enfants née  hors mariage, rejeter pas la religion Catholique .

Placement deux policier dans nos sept institutions pour enquêté 

Une injustice à l’un d’entre nous est une menace pour tous.Gandhi 

Une justice imprescriptible En janvier 1996, devant la Commission des institutions, le Protecteur du citoyen avait parlé de « gestion par usure ». Comme le dit le dicton, une justice reportée est une justice déniée. « Dans sa contestation des procédures prises contre lui, mise à part sa reprise des explications foumies par les communautés religieuses, écrit le Protecteur, l’État ne répond pas. Il se limite à réfuter les arguments de droit . Il n’est pas erroné de penser que ce fut historiquement le cas dans le dossier bien connu des Enfants de Duplessis. Ces derniers seraient-ils nés trop tôt? La vraie justice peut-elle se prescrire?enfants Duplessis

1. une instance décisionnelle indépendante de toutes les parties;
2. une impartialité des règles de preuve et de procédures établies à l’avance;
3. une compatibilité avec les principes de justice naturelle;
4. un mode transparent de nomination des membres de l’instance décisionnelle.
L’idée d’un comité multipartite où chacune des parties apportera son point de vue nous convient. Nous sommes parfaitement à l’aise avec l’échange et le dialogue. Toutefois, il ne faut pas confondre ce comité multipartite avec l’instance décisionnelle mentionnée plus haut.De la même manière, un corps policier n’a pas le droit d’enquêter sur lui-même, de la même manière les institutions concernées ne devraient pas enquêter sur elles-mêmes. Il faut réaliser que, dans notre dossier, les communautés religieuses, le corps médical et l’État sont au banc des accusés.enfants Duplessis

 

Le Calver  des orphelins de Huberdeau se font violer le soir chacun sont tour abusées des enfants nées hors mariage, aujourd’hui ont les appelle les Orphelins de Duplessis. L’enquête fait sur les orphelins de Huberdeau na pas ider au Orphelins a s’explique de plus ont ferme le dossier comme Mme Estelle Gravel ma souvent dit je peut le fermer quand je le veut et c’est elle n’avait même pas finit, le d.p.c.p Payer par le gouvernement a prit la par du Gouvernement du Québec les orphelins écraser comme des vulgaire coquerelles au ministère de l’immigration et sa solidarité improviser par sont Gangstérisme du Québec dernier échelon avant la poubelle la corruption et la culture de Duplessis existe encore.

(Je vais mettre les documents dans un album , j’ai rencontré quelques-uns de ces orphelins)

L’Orphelinat de Huberdeau dans les Laurentides, plusieurs enfants ( garçons ) qui n’étaient pas adopté vers l’âge de 6 et 7 ans quittaient les crèches ou les maternités de Montréal pour cet endroit, qui pour plusieurs d’entre eux n’oubliront jamais cet enfer vécu à cet Orphelinat.

Après des décinies de silence, certain parmi ces centaines d’orphelins que la communauté des Frères de la Miséricorde hébergeait alors à Huberdeau dans les Laurentides, ont consenti à se livrer d’un douleureux secret: Ils auraient subi pendant de longue années de sevices sexuel et de la violence physique de la part des Frères de la Miséricorde qui les gardaient au pensionat. Ils ont été abusés par des religieux.

Il y a de quoi à faire frémir.
Sodomie, fellation, jeux sexuels divers, on se rend compte que ces enfants étaient pour plusieurs des Frères de la Miséricorde de cet orphelinat non seulement de simples esclaves sexuel, mais en plus de la main d’oeuvre à bon marché que l’on faisait travailler sur une ferme de ces frères.

1 Le Mont-Providence était dirigé par la communauté des Sœurs de la Charité de la Providence et était situé au 7200, boulevard Gouin est à Montréal. Vendu au gouvernement du Québec en 1969, l’immeuble est devenu l’Hôpital Rivière-des-Prairies.

  1. L’Hôpital Saint-Anne de Baie-Saint-Paul.
  2. l’Orphelinat Notre-Dame de la Merci d’ Huberdeau était situé dans la municipalité d’ Huberdeau dans les Laurentides.
  3. L’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu est devenu l’Hôpital Louis-H.-Lafontaine et il est situé à Montréal.
  4. L’Hôpital St-Michel-Archange est devenue le Centre hospitalier Robert-Giffard et il est situé dans la ville de Québec.
  5. L’Hôpital Saint-Julien est situé dans la municipalité de Saint-Ferdinand.
  6.  ’Hospice du Sacré-Cœur de Sherbrooke;                                                                                                Le D.P.C.P= Directeur des Poursuites criminelles et Pénal                                               D=Duplessis orphelins (es) P=Pression  C=Corruption P=Politique

Estelle Gravelle rencontre le premier victime Hervé Bertrand et Lucien Goupil Landry venue nous rencontré pour demander de quel façon se passeras l’enquête déjà elle se montre  autoritaire et elle avais déjà fais sont enquête sur le coté des responsables du massacre , ce que nous voulons dit Lucien et Hervé une aide pour que les victimes se cens compris dans leur déclaration car il y a des mots et des doléances a expliqué donc il ne connaissent pas le définition dans les abus qu’il ont subit dans leur passé les orphelins n’ont pas eu l’instruction elle ne voulais pas faire aucun compromit elle me faisait déjà de l’intimidation pour me dire a plusieurs reprise n’importe quand je peut arrêter l’enquête de plus presser de finir l’enquête elle avais une attitude de sœur supérieure.

Les orphelins me racontais se qui se passe avec les policiers il leur faisait dire vous faite vos plaintes pour l’agent, une question de piège quand ont sais que eux le font pour l’agent les juges,avocats tous pour le bill du dominion. Les orphelins ne sentait pas alaise avec les policiers surtout quant il ne comprenait pas des mots tel que sodomisation etc.

Un jour dans les journaux il annonçais qu’il ne porteras pas plaint devant les tribunaux dans el dossier des Orphelins de Duplessis

1. Le faux diagnostic
2. L’intemement illégal
3. L’absence d’instruction
4. L’exploitation économique
5. Les agressions sexuelles
6. Les préjudices particuliers
7. Perte de jouissance de la vie
4. L’évaluation devra permettre d’établir, pour chacune des victimes qui demande réparation, une indemnité personnelle cumulative selon, s’il y a lieu, la gravité du préjudice. 5- Esclavage pour chacun des orphelins et orphelines de Duplessis

Autres intervenants au Parlement du Québec
M. Roger Paquin, président
M. Guy Lelièvre
M. Roger Lefebvre
M. Geoffrey Kelley
M. Normand Jutras
M. André Boulerice
*M. Clément Bélanger, ANCAI
*M. Pierre Beaudet, idem
*M. Marc Laviolette, CSN
*M. Jean Laframboise, idem
*M. Bruno Roy, Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis
*M. Eugène Bazinet, idem
*M. Lucien Landry, idem
*Témoins interrogés par les membres de la commission

 Parce que ce qui était demandé, c’était ça: Dans notre cas, dans les 321 plaintes, y a-t-il matière à procès? On nous a dit: Non, on rejette les plaintes. Il y en a deux là-dedans qui se retournent de bord et, effectivement, il y en a un qui est allé au bout du processus judiciaire et qui a gagné et qui a vu que l’accusé a reconnu sa culpabilité

Le plus gros dossier du Québec le gouvernement peur de payer la note avec ses trois autres complices des milliards de dollars va coûter aux contribuables Québécois,

Mais le fin renard Lucien Bouchard a intérêt a défendre ses clients les religieuses eus ils ont des dollars, les orphelins non rien et facile a les entubées.

Honorables sénateurs, après sa retraite du Sénat, Jacques s’est fait le défenseur des dépossédés de ce monde. Il s’est porté à la défense d’un groupe de personnes oubliées du Québec, les orphelins de Duplessis qui, durant les années 1940 et 1950, avaient été placés par Duplessis dans des établissements catholiques où ils avaient dû endurer des sévices physiques et sexuels et subir des électrochocs et même des lobotomies. Ainsi, une fois de plus, Jacques se mettait du côté de ceux qui étaient sans voix.

La justice
Les orphelins ont tenté de poursuivre la congrégation. Ils ont d’abord comparu devant Estelle Gravel, la procureure, pour qu’elle décide s’ils pouvaient ou non porter des accusations. La procureure leur a demandé de raconter les faits, mais aux dires des orphelins, elle n’avait pas l’air de les croire. « [On nous disait] : « ils sont morts, ils sont vieux, il faut pardonner ». » Estelle Gravel n’a pas accepté de donner d’entrevue à notre équipe, mais elle dit avoir douté de la fiabilité des témoins. Plusieurs, à son avis, ont rajouté des agressions sexuelles à la dernière minute dans l’espoir d’avoir de l’argent. Elle ne pensait pas pouvoir obtenir de condamnation, et a choisi de ne pas porter d’accusations.

Orphelins de Duplessis — Wikipédia

  1. Le Mont-Providence était dirigé par la communauté des Sœurs de la Charité de la Providence et était situé au 7200, boulevard Gouin est à Montréal. Vendu au gouvernement du Québec en 1969, l’immeuble est devenu l’Hôpital Rivière-des-Prairies.
  2. L’Hôpital Saint-Anne de Baie-Saint-Paul.
  3. l’Orphelinat Notre-Dame de la Merci d’Huberdeau était situé dans la municipalité d’Huberdeau dans les Laurentides.
  4. L’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu est devenu l’Hôpital Louis-H.-Lafontaine et il est situé à Montréal.
  5. L’Hôpital St-Michel-Archange est devenue le Centre hospitalier Robert-Giffard et il est situé dans la ville de Québec.
  6. L’Hôpital Saint-Julien est situé dans la municipalité de Saint-Ferdinand.
  7. Source: Le Protecteur du Citoyen (Daniel Jacoby), document Les « enfants de Duplessis » : à l’heure de la solidarité, Sainte-Foy, 22 janvier 1997.
  8. Encore à ce jour, plusieurs orphelins de Duplessis n’ont pas réussi à obtenir copie de leurs dossiers médicaux conservés chez des communautés religieuses.
  9. le Premier ministre du Québec s’est excusé auprès des Orphelins de Duplessis mais en s’excusant M. Bouchard réduisait toute la tragédie des orphelins de Duplessis à de simples « gestes et attitudes inadmissibles ».
  10. C’est uniquement les orphelins ayant été internés dans certaines institutions couvrant une certaine période qui reçurent une compensation. Les autres orphelins, par exemple ceux qui furent exploités comme main-d’œuvre agricole toute leur enfance sans recevoir d’instruction, n’ont reçu aucune compensation.
  11. Tiré du site L’adoption au Québec: le droit de savoir [archive] : extrait de la lettre au ministère de la Justice datée du 4 juin 1999 [archive]: Le drame des Orphelins de Duplessis a pris un tournant des plus sombres avec la découverte récente d’un charnier sur un terrain appartenant à la Société des Alcools du Québec situé à proximité de l’ancien hôpital St-Jean-de-Dieu. Le Journal de Montréal dans son édition du 11 mai 1999 écrit que certains corps seraient ceux de mineurs victimes de sévices, et parmi ceux-ci il y aurait des Orphelins de Duplessis. Ces corps auraient été enterrés sans tombe les uns sur les autres et, ce qui est plus grave, sans enquête indépendante sur les causes du décès. En effet, il faut savoir que le service de police des Sœurs de la Providence était le seul service à enquêter sur les décès survenus sur les terrains de St-Jean-de-Dieu car ce territoire constituait à l’époque une municipalité distincte de Montréal. La vente de ces terrains à la S.A.Q. aurait enrichi les Sœurs de la Providence de 4,9 millions de dollars dans les années 1970. Dans l’acte de vente, signale le journaliste Laurent Soumis, les Sœurs de la Providence « ont pris soin de se dégager de toute responsabilité quant au contenu du sous-sol ». Le même journaliste, dans l’édition du lendemain, rapporte que: « En fin d’après-midi, la S.A.Q. soutenait encore n’avoir jamais trouvé de restes sur son terrain. Mais confrontée aux faits, la société d’État a modifié sa version ». De plus un procès datant de 1975 soulève des incohérences entre la taille réelle de ce qui était connu à l’époque comme le cimetière de la « soue à cochons », le nombre de cadavres déterrés lors de la fermeture du cimetière en 1967 et les documents officiels des Sœurs de la Providence. Je trouve inquiétant que le gouvernement n’aie pas encore réagi officiellement à toutes ces allégations. Je tiens à vous signaler que Monsieur Bouchard lui-même nous apprend dans son autobiographie qu’il a représenté certaines communautés religieuses lors de la vente de leurs terrains et immeubles dans les années ’70 ce qui soulève un doute raisonnable quant à son impartialité dans ce dossier. M. Soumis relève de nombreux autres faits troublants dans une série d’articles qui ont suivi son article initial du 11 mai.
  12. Scandale sexuel – Les orphelins de Duplessis dénoncent l’inertie de l’Église et exigent ses excuses publiques [archive] Le Devoir, 3 avril 2010.

Services aux citoyens

 

La justice carbure à l’injustice de la république de Banane

La section Prévention vous offre des conseils pour prévenir les agressions, les fraudes et les vols. Certaines ressources vous sont également présentées.

Gouvernement du Québec - Justice

Rapport de Police Municipal Poste 47

Rapport de Police Provincial procureur Général du Québec

 

Ministère de la Justice    Québec

Direction du droit administratif

Le 16 avril 2002

Monsieur Hervé Bertrand

135, Thérien

C.P.4723 Sainte-Anne-des-Plaines (Québec) JON 1HO

Monsieur,

1/ m’a été demandé de répondre à la lettre que’ vous adressiez, le 12 novembre dernier, à monsieur Serge Ménard, à titre de « ministre de la Justice ».

Votre lettre comporte des éléments qui font partie des faits litigieux dans un recours judiciaire toujours pendant, soit la requête pour autorisation d’exercer un recours collectif dans Bertrand c. La Communauté des Sœurs de la Charité de la Providence et le Procureur général du Québec, no 500-06-000004-937. Dans ce contexte, il ne nous est pas possible de donner suite à votre requête.

Par ailleurs, si vous êtes d’avis que des professionnels de la santé ont manqué à leurs obligations à votre égard, vous pouvez vous adresser à la corporation professionnelle concernée, le Collège des médecins du Québec, qui est respc::>~.sable de veiller au respect des règles d’éthique de ses membres.

Veuillez agréer, monsieur, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Jean Deaudelin avocat

c.e.      Me Yves Lauzon (procureur de M. Hervé Bertrand dans le dossier 500- 06-000004-933)

Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l’Église. 2′ étage Sainte-Foy (Québec) Gl V 4M1

Téléphone: 0 (418) 528-7364           0 (418) 644-7115      0 (418) 643-5639

0(418) 644-8477 0 (418) 644-7153

Télécopieur: (418) 646-1696

www.justice.gouv.qc.ca

 

Les Orphelins de Duplessis – Marc Petit jean

2003 – 52 minutes

Réalisation : Marc Petitjean
Auteurs : Marc Petitjean, Carole Duffréchou
Image : Marc Petitjean
Son : Dimitri Médard
Montage : Lizabeth Gelber
PRODUCTION
Coup d’œil, Arte France, CNC

« Les Orphelins de Duplessis » raconte l’histoire d’enfants illégitimes qui ont été internés, par milliers, dans des hôpitaux psychiatriques, dans le Québec des années 50. À travers la découverte de ces personnages attachants et émouvants, le film pointe les responsables de cette situation, Église et médecins qui, contrairement au gouvernement québécois, refusent toujours de présenter leurs excuses et d’indemniser les victimes.

Antoine Céran, Joseph Élie René Graton  les trois ont été devant un juge Goberman et il a eu accusation du moniteur George Burton le jour de sa condamnation plusieurs orpheline et moi même Hervé Bertrand frappé le nez a la porte pourtant  il est inscrit au rôle,personne na voulu nous dire se qui ses passé quel justice avons nous digne d’une république de banane.

« Les Orphelins de Duplessis » tells the story of the thousands of illegitimate children who, in Quebec in the 1950s, were committed to psychiatric hospitals. Through the discovery of these moving and endearing characters, the film also points to the people responsible for this situation, church and doctors, who, unlike the government of Quebec still refuse to present an apology and take part in the indemnification of the victims

Rapport de Police a la Déontologie Policière

Témoignage des Orphelins de Duplessis

 Photos visage des orphelins (es) de Duplessis

Herve-Bertrand-
Herve-Bertrand-

 

Hervé Bertrand                            

 

Témoignage du Génocide des Orphelins de Duplessis tout les politiciens canadien et Québécois sont témoins du massacre des enfants née hors mariage sans le consentement des deux diocèses de Montréal et Québec

Extrait des archives d’Ésotérisme expérimental Thème : Un Orphelin de Duplessis Invité : Joseph Martin un des nombreux « enfants de Duplessis »

Tout ceci fait partie du Génocide des Enfant nées hors mariage sans la permission de deux diocèses de Québec et de Montréal la religion Catholique secte très puissant qui est dirigé par le Vatican

JOSEPH MARTIN ORPHELIN DE DUPLESSIS 

Joseph-Martin-Orphelins de Saint-Jean de Dieu

Un touchant témoignage     M. Joseph Martin est l’un des milliers d’enfants abandonnés aux systèmes publics entre 1939 et 1960, au Québec. Son témoignage confirme les pires abus exposés dans la dramatique présentée à Radio-Canada en mars 1997.En écho à la série dramatique présentée à la télévision d’état sur le sort subi par des milliers d’orphelins entre 1940 et 1955 au Québec, voici l’un d’eux: Joseph Martin. Déjà, son nom est significatif. Tous les garçons, au Québec, dans ces années là portaient (surtout comme deuxième prénom) le nom de Joseph, alors que les filles portaient le nom de Marie. Martin est aussi le nom banal passe-partout. En effet, nous apprenons que ce nom a été utilisé dans « son » orphelinat par d’autres enfants qui ont été tués (avant lui) après avoir subi toutes sortes de sévices (viols, brutalité…). Lui a eu l’oeil gauche crevé après avoir été violé… pour le faire taire !Son témoignage empreint de chagrin, plus que de révolte, confirme les pires situations qu’on retrouve dans le film « LES ORPHELINS DE DUPLESSIS » à Radio-Canada dimanche soir à 20h. (présenté en deux tranches de 2 hrs, dim. 16 et 23 mars ’97 et reprise en décembre 2003) Comment au delà des faits, peut-on comprendre le sens « KARMIQUE » de cette tranche de la réalité de milliers d’enfants abandonnés… et de la responsabilité sociale de cette époque déniée par tout un peuple, celui du Québec ? À lire dans le livre « ALDAÏRA » publié chez Louise Courteau éditrice.(similitude avec l’holocauste Extrait des archives d’Ésotérisme expérimental Thème :Un Orphelin de Duplessis Invité :Joseph Martin un des nombreux « enfants de Duplessis « EXTRAIT D’UNE « Je suis un enfant de Duplessis « O de 11 min Lien audio Ici- #juif et présage à l’arrivée d’un temps nouveau)JOSEPH MARTIN
ORPHELIN DE DUPLESSIS Extrait des archives d’Ésotérisme expérimental
Thème : Un Orphelin de Duplessis
Invité : Joseph Martin
un des nombreux « enfants de Duplessis »EXTRAIT D’UNE ENTREVUE
« Je suis un enfant de Duplessis » AUDIO de 11 min.Un touchant témoignage
M. Joseph Martin est l’un des milliers d’enfants abandonnés aux systèmes publics entre 1939 et 1960, au Québec. Son témoignage confirme les pires abus exposés dans la dramatique présentée à Radio-Canada en mars 1997.En écho à la série dramatique présentée à la télévision d’état sur le sort subi par des milliers d’orphelins entre 1940 et 1955 au Québec, voici l’un d’eux: Joseph Martin. Déjà, son nom est significatif. Tous les garçons, au Québec, dans ces années là portaient (surtout comme deuxième prénom) le nom de Joseph, alors que les filles portaient le nom de Marie. Martin est aussi le nom banal passe-partout. En effet, nous apprenons que ce nom a été utilisé dans « son » orphelinat par d’autres enfants qui ont été tués (avant lui) après avoir subi toutes sortes de sévices (viols, brutalité…). Lui a eu l’oeil gauche crevé après avoir été violé… pour le faire taire !Son témoignage empreint de chagrin, plus que de révolte, confirme les pires situations qu’on retrouve dans le film « LES ORPHELINS DE DUPLESSIS » à Radio-Canada dimanche soir à 20h. (présenté en deux tranches de 2 hrs, dim. 16 et 23 mars ’97 et reprise en décembre 2003) Comment au delà des faits, peut-on comprendre le sens « KARMIQUE » de cette tranche de la réalité de milliers d’enfants abandonnés… et de la responsabilité sociale de cette époque déniée par tout un peuple, celui du Québec ? À lire dans le livre « ALDAÏRA » publié chez Louise Courteau éditrice.(similitude avec l’holocauste juif et présage à l’arrivée d’un temps nouveau)
RÉPERTOIRE COMPLET
des enregistrements de témoignages de faits vécusJean Guy Labrosse     J’ai été souvent isole en cellule en camisole de force et attache directement sur le sommier du lit sans matelas qui était fixe sur le sol dans ma cellule. J’ai écris deux livres qui sont disponibles uniquement dans les bibliothèques publique et sont intitules « Ma Chienne De Vie » & « L’Orphelin Esclave » qui sont disponibles dans toutes les bonnes librairies. Vous pourrez connaitre l’histoire horrible et véridique d’un enfant Orphelin dont la vie fut un veritable enfer
AVIS aux cinéastes qui désire tourner un documentaire sur des histoires d’horreur vécues !Je suis a la recherche d’un cinéaste qui pourrait tourner des scènes inédites de Saint Michel d’Archange dans les tunnels souterrain de la mort, ou se déroulait toute la magouille des sœurs Grises. Je pourrais vous raconter en détails toutes les horreurs qui y ont été commis. Je suis le seul a avoir une autorisation spéciale pour visiter les tunnels de la mort dans cet établissement dont personne ne connait car tout ce qui se passait dans cet établissement de frauduleux etait souterrain. Ce que je vais vous faire connaitre est encore bien pire que ce que Joseph Martin vous a parle. Le documentaire sera tourne en deux parties dont une sera consacrée sur l’abattoir humain de Québec, la pire histoire d’horreur jamais vécue sur la planète.

Bruno Roy dénonce la conspiration de l’Église et de l’État

Date de diffusion : 27 avril 1994                      bruno-adamas-roy

En 1994, Bruno Roy publie un essai pamphlétaire sur les enfants de Duplessis, Mémoire d’asile, ainsi qu’un recueil de poèmes sur le thème de l’abandon. Porte-parole du Comité des orphelins de Duplessis, l’auteur mène une croisade avec ses compagnons d’infortune afin de « mettre fin à la conspiration du silence ». Dénonçant le concordat entre l’Église et l’État à l’époque duplessiste, Bruno Roy estime que « c’est tout un système qu’il faut accuser ».

Né à la Miséricorde en 1943 de parents inconnus, Bruno Roy grandit à la crèche Saint-Paul. En 1950, il est admis au Mont-Providence. Lorsque l’établissement devient un hôpital psychiatrique, en 1954, les médecins le considèrent comme étant un « arriéré mental ». En 1992, il soutient pourtant une thèse de doctorat en littérature à l’Université de Sherbrooke. Poète, essayiste et romancier, Bruno Roy se considère comme un « cas d’exception » qui ne justifie en rien le système d’enfermement dans lequel il a été maintenu avec plus de 4000 autres orphelins.

Claque dans la face» Hervé Bertrand

Statue de Maurice Dupelssis
Statue de Maurice Dupelssis

Les dissidents ont reçu la décision de la juge comme «une claque dans la face», selon leur leader, Hervé Bertrand. Plusieurs ont souligné que les victimes de sévices étaient marginalisées depuis la création, en avril 2001, de deux catégories de membres: les membres réguliers ayant été internés et les membres associés, qui ne pouvaient avoir qu’un représentant à l’exécutif. «Lors de l’assemblée sur l’entente, Bruno Roy avait fait sortir les membres associés», dénonce un des dissidents, Lionel Lambert.

Les dissidents entendent respecter la décision de la cour. Ils comptent cependant s’assurer que les élections auront bel et bien lieu le 15 septembre prochain, ayant déjà été reportées à deux reprises.

La Cour supérieure entendra de nouveau les deux parties le 15 juillet. Le tribunal se prononcera alors sur la pertinence de prolonger l’injonction jusqu’à ce que la question de la légitimité de l’élection soit débattue sur le fond.

 

Les Crèches du Québec

Le Berceau des Anges ont créer un Génocide a ces enfants qui non pas demander venir au Monde dans un Pays et une Province de crapuleux magouilleur et collusioniste en cravate.

La subrogation des deux Gouvernements en faire des esclaves.

Les Crèches du Québec

La Crèche d'Youville
La Crèche D’Youville

Voisin immédiat de la crèche et œuvre du même architecte, l’édifice de l’orphelinat Notre-Dame-de-Liesse, que l’on aperçoit à gauche sur la photo ci-haut, avait quant à lui été érigé un peu auparavant, entre 1912 et 1914. Coiffé d’une toiture de tuile espagnole, l’édifice, également sous la direction des sœurs grises, accueillera entre ses murs les orphelins de six ans et plus, la crèche étant réservée aux plus jeunes.

Alors que les nouveau-nées laissés à l’institution étaient si nombreux à la création 

Crèche Saint-Vincent de Paul [1901-1972]

Crèche Saint-Vincent de Paul [1901-1972]
1160, chemin Ste-Foy
Québec, Qc

TYPE, DATES EXTRÊMES ET ESPACE OCCUPÉ PAR LES DOCUMENTS

1- Sœurs du Bon-Pasteur

Documents textuels : 1855-1993 ; 1,655 m

Documents iconographiques : 1901-1972 ; 4273 pièces

2- Archives nationales du Québec

Documents textuels : 1921-1973

HISTORIQUE

La Crèche Saint-Paul

Source: Archives des Sœurs de Miséricordes, Vue d’ensemble de la maison Saint-Janvier et de la crèche Saint-Paul, vers 1930, NJ10.2-2SM.

Elles ne le sont toujours pas dans les années 195018. Ainsi adapter pour des
grands enfants, la Crèche Saint-Paul est au-dessus de leurs moyens. De plus, à cause du
mode de vie en crèche, les enfants présentent des troubles de langage et certains sont
affligés de retards mentaux. Les Sœurs se sentent quelque peu dépassées par les
événements. Elles évaluent diverses avenues afin d’offrir quelque chose de mieux aux
enfants. Toutefois, concernant les garçons, la décision est prise à un autre niveau. Les
Sœurs voient donc partir les derniers enfants au printemps 1955. La Crèche Saint-Paul
est démolie un mois plus tard.

  • Les femmes du Sault-au-Récollet

 

L’entrée des femmes en politique vient également modifier la société. Claire Kirlkland-Casgrain, première femme élue en 1961 et première à occuper un poste de ministre, passe les étés de son enfance dans la résidence de son oncle (aujourd’hui la maison de l’ancêtre située au 1947, boul. Gouin est). Cette pionnière de la société québécoise a ouvert les portes aux femmes en servant de modèle à toute une génération.

Les archives de l’Hôpital général de la Miséricorde

Numériser pour préserver

Depuis quelques semaines, une équipe s’applique à numériser les 225 000 dossiers qui constituent les archives de l’Hôpital général de la Miséricorde, devenu le Centre d’hébergement Jacques-Viger. Cette opération de grande envergure, qui se poursuivra jusqu’à la fin de mai, est une des dernières étapes de la fermeture définitive de l’établissement qui a joué un rôle primordial dans l’histoire des soins de santé au Québec.

Histoire de Maurice Duplessis

Histoire Gouvernement du Québec Maurice Duplessis complet un Homme idéologie

et l’héritage qui a laisser au Québécois et Québécoise.

Le dictateur des temps de la noirceur du Québec religion et politique marchait ensemble,

et couchait ensemble encore aujourd’hui leur portefeuille ne suivrons pas le corbillard

Ma Photos Hervé Bertrand au devant le Parlement de Québec

Statue de Maurice Dupelssis
Statue de Maurice Duplessis le magouilleur finger  par Hervé Bertrand il mérite d’être pendu cet Homme qui a enlever des vies à ses enfants 

 

Voir les 2 tonne Du Pouvoir de Duplessis en bas

présentement ont enseigne la propagande  dans les écoles l’histoire de Duplessis seulement un coté de la médaille pour moi et les victimes c’est un criminel de bas étage. Fait partie des Valeurs Québécoise jalousement bien garder pas de fanatique des séparatistes du Québec.

Présentation
—– Dans les années 40 et 50, les autorités religieuses, médicales et gouvernementales ont maintenu dans des institutions psychiatriques autour de 3,000 orphelins (environ) pour la plupart faussement étiquetés malades mentaux. Alors qu’un concordat existait entre l’Église et l’État, ils étaient internés au mépris de la loi et avec la complicité du corps médical. En institution ou sur les terres agricoles, la majorité des enfants ont servi de main d’oeuvre gratuite et un grand nombre d’entre eux ont subi des sévices corporels ou ont été exploités sexuellement. Coupés de toute instruction, ces enfants, devenus adolescents, ont facilement constitué une main d’oeuvre gratuite soit dans les fermes (d’où l’expression orphelins agricoles) soit dans les institutions elles-mêmes.Depuis 1992, le Comité des orphelins et des orphelines institutionnalisés de Duplessis (C.O.O.I.D) forme une organisation à but non lucratif détenant une charte du Québec et regroupant un nombre toujours croissant de membres ayant acquis la conscience de leur condition humaine liée à leur exclusion sociale.Le COOID travaille à ce que les orphelins et orphelines obtiennent justice et ainsi se sentent des adultes faisant partie intégrante de la société. Aujourd’hui, ils demandent réparation. Ayant suspendu leurs démarches au plan juridique, ils cherchent un règlement négocié, lequel, contrairement aux autres provinces canadiennes, retarde.

Historique

Il a fallu la parution du Rapport de la Commission d’Étude des Hôpitaux Psychiatriques (1962), précédé d’un témoignage choc de Jean-Charles Pagé, Les fous crient au secours (Editions de l’homme, 1961), pour saisir la gravité de la situation dans laquelle se trouvaient non seulement le malade mental mais aussi l’orphelin dont le statut civil et médical lui était désormais associé.

Cela fait plus de quarante ans, par exemple, qu’un Jean-Guy Labrosse s’acharne à crier le désarroi des siens1. Ses démarches furent peuplées d’embûches incommensurables. Or, c’est grâce à lui, à sa persévérance têtue, à sa débrouillardise effrontée qu’a pu naître ce rassemblement qui aujourd’hui arrive à nommer la « terreur du coupable ». C’est aussi sous son initiative qu’a été fondée l’Association des orphelins du Québec d’avant 1964″ dont les lettres patentes ont été enregistrées le 5 mars 1991 selon la Loi des compagnies. Jean-Guy Labrosse, Noël Flavien et Jean Messier en étaient les premiers administrateurs.

Celle-ci, faut-il convenir, a été préparée, alimentée et précédée par une « Association des orphelins du Québec d’avant 1964 » qui a bel et bien existé. Ses lettres patentes ont été enregistrées le 5 mars 1991 selon la Loi des compagnies. Jean-Guy Labrosse, Noël Flavien et Jean Messier en étaient les premiers administrateurs.

Toutefois, le 18 mai 1992, un nouveau regroupement d’orphelins sera connu sous le nom de Comité des orphelins et des orphelines institutionnalisé(es) de Duplessis (C.O.O.I.D). Depuis la parution du livre sur la vie d’Alice Quinton, témoignage écrit par la sociologue et écrivaine Pauline Gill, intitulé Les enfants de Duplessis (Libre expression, 1991) cette appellation « Enfants de Duplessis » donne aux membres de ce groupe une identité sociale qui les sortira de l’anonymat dans lequel ceux-ci étaient plongés depuis plus de trente ans. Voici la liste des membres fondateurs du premier conseil d’administration du C.O.O.I.D:

 

Président : Hervé Bertrand  défenseur comme Mandela
Vice-président: Réjean Hinse  
Secrétaire: Lucien Landry  
Trésorier: Guy-Marc Royal  
Conseillère: Yvette Gascon  
Conseiller: André Hamois  
Conseiller: Martin Hurtubise  
Conseiller: Jean-Guy Labrosse  
Conseiller: Etienne Lapointe  
Conseiller : André Martelli  
Conseiller: Jean Messier  
Conseiller : Jean-Guy Miron 
Après un mandat bien rempli, Hervé Bertrand se retire de la présidence et c’est Bruno Roy qui prend la relève. Ce dernier a été élu président en septembre 1995 et en est à son deuxième mandat. Malgré les difficultés rencontrées et à leur instar, il poursuit les objectifs établis par le président fondateur et les membres de sa première équipe.

Une chose est sûre, même si le problème général des Orphelins de Duplessis en est un d’accès normal à la justice, leur volonté de poursuivre notre lutte est indéfectible. Oui, ils lutteront avec rage s’il le faut, contre l’oubli qui avise le sens même du mot justice. C’est leur « devoir de mémoire » comme dirait Primo Levi. Que le gouvernement sache que ce devoir, ils l’accompliront jusqu’au bout de leurs forces.

1. Il a respectivement publié Ma chienne de vie (1964), L’orphelin, esclave de notre monde (1978) et L’holocauste des orphelins (1983).