Archives de catégorie : Rapport de Police

Tous les rapports de Police Provincial Municipal déontologie de police
Avocat de la ville de Montréal

Rapport de Police

Chronologie des événement aux niveau Criminel  sur le territoire Québécois

Rapport fait dans un poste de police de Montréal

changement (Police Municipale a Provincial)subtilement du ministre de la justice par ordre de Lucien Bouchard

Par la sûreté Provinciale gérer par  la procureure Générale du Palais de justice 1 rue Notre Dame et du bureau du 11 étage la place qui gère les scénarios a suivre les directives du Gouvernement du Québec.

Lucien Bouchard a nommé une personne qui mènera bien l’enquête pour le compte Du gouvernement de la république de banane du Québec en l’occurrence  Mme Estelle Gravelle qui débarque en fanfaron, c’est moi qui arrive, tassez vous les orphelins de Duplessis.

Le première impression quand elle venue me voir ça sentait déjà la tricherie a plein nez  et elle était  habillée comme une sœur. Elle m’a dit: Bonjour Mr Bertrand je me présente je suis la procureure général du Québec, et moi je suis Hervé Bertrand qui est le fondateur des orphelins de Duplessis.

 Estelle Gravelle commence a placer ses pions deux policiers par institution, dont j’avais fait les sept recours contre les responsables du génocide du  massacre des enfants née  hors mariage, rejeter pas la religion Catholique .

Placement deux policier dans nos sept institutions pour enquêté 

Une injustice à l’un d’entre nous est une menace pour tous.Gandhi 

Une justice imprescriptible En janvier 1996, devant la Commission des institutions, le Protecteur du citoyen avait parlé de « gestion par usure ». Comme le dit le dicton, une justice reportée est une justice déniée. « Dans sa contestation des procédures prises contre lui, mise à part sa reprise des explications foumies par les communautés religieuses, écrit le Protecteur, l’État ne répond pas. Il se limite à réfuter les arguments de droit . Il n’est pas erroné de penser que ce fut historiquement le cas dans le dossier bien connu des Enfants de Duplessis. Ces derniers seraient-ils nés trop tôt? La vraie justice peut-elle se prescrire?enfants Duplessis

1. une instance décisionnelle indépendante de toutes les parties;
2. une impartialité des règles de preuve et de procédures établies à l’avance;
3. une compatibilité avec les principes de justice naturelle;
4. un mode transparent de nomination des membres de l’instance décisionnelle.
L’idée d’un comité multipartite où chacune des parties apportera son point de vue nous convient. Nous sommes parfaitement à l’aise avec l’échange et le dialogue. Toutefois, il ne faut pas confondre ce comité multipartite avec l’instance décisionnelle mentionnée plus haut.De la même manière, un corps policier n’a pas le droit d’enquêter sur lui-même, de la même manière les institutions concernées ne devraient pas enquêter sur elles-mêmes. Il faut réaliser que, dans notre dossier, les communautés religieuses, le corps médical et l’État sont au banc des accusés.enfants Duplessis

 

Le Calver  des orphelins de Huberdeau se font violer le soir chacun sont tour abusées des enfants nées hors mariage, aujourd’hui ont les appelle les Orphelins de Duplessis. L’enquête fait sur les orphelins de Huberdeau na pas ider au Orphelins a s’explique de plus ont ferme le dossier comme Mme Estelle Gravel ma souvent dit je peut le fermer quand je le veut et c’est elle n’avait même pas finit, le d.p.c.p Payer par le gouvernement a prit la par du Gouvernement du Québec les orphelins écraser comme des vulgaire coquerelles au ministère de l’immigration et sa solidarité improviser par sont Gangstérisme du Québec dernier échelon avant la poubelle la corruption et la culture de Duplessis existe encore.

(Je vais mettre les documents dans un album , j’ai rencontré quelques-uns de ces orphelins)

L’Orphelinat de Huberdeau dans les Laurentides, plusieurs enfants ( garçons ) qui n’étaient pas adopté vers l’âge de 6 et 7 ans quittaient les crèches ou les maternités de Montréal pour cet endroit, qui pour plusieurs d’entre eux n’oubliront jamais cet enfer vécu à cet Orphelinat.

Après des décinies de silence, certain parmi ces centaines d’orphelins que la communauté des Frères de la Miséricorde hébergeait alors à Huberdeau dans les Laurentides, ont consenti à se livrer d’un douleureux secret: Ils auraient subi pendant de longue années de sevices sexuel et de la violence physique de la part des Frères de la Miséricorde qui les gardaient au pensionat. Ils ont été abusés par des religieux.

Il y a de quoi à faire frémir.
Sodomie, fellation, jeux sexuels divers, on se rend compte que ces enfants étaient pour plusieurs des Frères de la Miséricorde de cet orphelinat non seulement de simples esclaves sexuel, mais en plus de la main d’oeuvre à bon marché que l’on faisait travailler sur une ferme de ces frères.

1 Le Mont-Providence était dirigé par la communauté des Sœurs de la Charité de la Providence et était situé au 7200, boulevard Gouin est à Montréal. Vendu au gouvernement du Québec en 1969, l’immeuble est devenu l’Hôpital Rivière-des-Prairies.

  1. L’Hôpital Saint-Anne de Baie-Saint-Paul.
  2. l’Orphelinat Notre-Dame de la Merci d’ Huberdeau était situé dans la municipalité d’ Huberdeau dans les Laurentides.
  3. L’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu est devenu l’Hôpital Louis-H.-Lafontaine et il est situé à Montréal.
  4. L’Hôpital St-Michel-Archange est devenue le Centre hospitalier Robert-Giffard et il est situé dans la ville de Québec.
  5. L’Hôpital Saint-Julien est situé dans la municipalité de Saint-Ferdinand.
  6.  ’Hospice du Sacré-Cœur de Sherbrooke;                                                                                                Le D.P.C.P= Directeur des Poursuites criminelles et Pénal                                               D=Duplessis orphelins (es) P=Pression  C=Corruption P=Politique

Estelle Gravelle rencontre le premier victime Hervé Bertrand et Lucien Goupil Landry venue nous rencontré pour demander de quel façon se passeras l’enquête déjà elle se montre  autoritaire et elle avais déjà fais sont enquête sur le coté des responsables du massacre , ce que nous voulons dit Lucien et Hervé une aide pour que les victimes se cens compris dans leur déclaration car il y a des mots et des doléances a expliqué donc il ne connaissent pas le définition dans les abus qu’il ont subit dans leur passé les orphelins n’ont pas eu l’instruction elle ne voulais pas faire aucun compromit elle me faisait déjà de l’intimidation pour me dire a plusieurs reprise n’importe quand je peut arrêter l’enquête de plus presser de finir l’enquête elle avais une attitude de sœur supérieure.

Les orphelins me racontais se qui se passe avec les policiers il leur faisait dire vous faite vos plaintes pour l’agent, une question de piège quand ont sais que eux le font pour l’agent les juges,avocats tous pour le bill du dominion. Les orphelins ne sentait pas alaise avec les policiers surtout quant il ne comprenait pas des mots tel que sodomisation etc.

Un jour dans les journaux il annonçais qu’il ne porteras pas plaint devant les tribunaux dans el dossier des Orphelins de Duplessis

1. Le faux diagnostic
2. L’intemement illégal
3. L’absence d’instruction
4. L’exploitation économique
5. Les agressions sexuelles
6. Les préjudices particuliers
7. Perte de jouissance de la vie
4. L’évaluation devra permettre d’établir, pour chacune des victimes qui demande réparation, une indemnité personnelle cumulative selon, s’il y a lieu, la gravité du préjudice. 5- Esclavage pour chacun des orphelins et orphelines de Duplessis

Autres intervenants au Parlement du Québec
M. Roger Paquin, président
M. Guy Lelièvre
M. Roger Lefebvre
M. Geoffrey Kelley
M. Normand Jutras
M. André Boulerice
*M. Clément Bélanger, ANCAI
*M. Pierre Beaudet, idem
*M. Marc Laviolette, CSN
*M. Jean Laframboise, idem
*M. Bruno Roy, Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis
*M. Eugène Bazinet, idem
*M. Lucien Landry, idem
*Témoins interrogés par les membres de la commission

 Parce que ce qui était demandé, c’était ça: Dans notre cas, dans les 321 plaintes, y a-t-il matière à procès? On nous a dit: Non, on rejette les plaintes. Il y en a deux là-dedans qui se retournent de bord et, effectivement, il y en a un qui est allé au bout du processus judiciaire et qui a gagné et qui a vu que l’accusé a reconnu sa culpabilité

Le plus gros dossier du Québec le gouvernement peur de payer la note avec ses trois autres complices des milliards de dollars va coûter aux contribuables Québécois,

Mais le fin renard Lucien Bouchard a intérêt a défendre ses clients les religieuses eus ils ont des dollars, les orphelins non rien et facile a les entubées.

Honorables sénateurs, après sa retraite du Sénat, Jacques s’est fait le défenseur des dépossédés de ce monde. Il s’est porté à la défense d’un groupe de personnes oubliées du Québec, les orphelins de Duplessis qui, durant les années 1940 et 1950, avaient été placés par Duplessis dans des établissements catholiques où ils avaient dû endurer des sévices physiques et sexuels et subir des électrochocs et même des lobotomies. Ainsi, une fois de plus, Jacques se mettait du côté de ceux qui étaient sans voix.

La justice
Les orphelins ont tenté de poursuivre la congrégation. Ils ont d’abord comparu devant Estelle Gravel, la procureure, pour qu’elle décide s’ils pouvaient ou non porter des accusations. La procureure leur a demandé de raconter les faits, mais aux dires des orphelins, elle n’avait pas l’air de les croire. « [On nous disait] : « ils sont morts, ils sont vieux, il faut pardonner ». » Estelle Gravel n’a pas accepté de donner d’entrevue à notre équipe, mais elle dit avoir douté de la fiabilité des témoins. Plusieurs, à son avis, ont rajouté des agressions sexuelles à la dernière minute dans l’espoir d’avoir de l’argent. Elle ne pensait pas pouvoir obtenir de condamnation, et a choisi de ne pas porter d’accusations.

Orphelins de Duplessis — Wikipédia

  1. Le Mont-Providence était dirigé par la communauté des Sœurs de la Charité de la Providence et était situé au 7200, boulevard Gouin est à Montréal. Vendu au gouvernement du Québec en 1969, l’immeuble est devenu l’Hôpital Rivière-des-Prairies.
  2. L’Hôpital Saint-Anne de Baie-Saint-Paul.
  3. l’Orphelinat Notre-Dame de la Merci d’Huberdeau était situé dans la municipalité d’Huberdeau dans les Laurentides.
  4. L’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu est devenu l’Hôpital Louis-H.-Lafontaine et il est situé à Montréal.
  5. L’Hôpital St-Michel-Archange est devenue le Centre hospitalier Robert-Giffard et il est situé dans la ville de Québec.
  6. L’Hôpital Saint-Julien est situé dans la municipalité de Saint-Ferdinand.
  7. Source: Le Protecteur du Citoyen (Daniel Jacoby), document Les « enfants de Duplessis » : à l’heure de la solidarité, Sainte-Foy, 22 janvier 1997.
  8. Encore à ce jour, plusieurs orphelins de Duplessis n’ont pas réussi à obtenir copie de leurs dossiers médicaux conservés chez des communautés religieuses.
  9. le Premier ministre du Québec s’est excusé auprès des Orphelins de Duplessis mais en s’excusant M. Bouchard réduisait toute la tragédie des orphelins de Duplessis à de simples « gestes et attitudes inadmissibles ».
  10. C’est uniquement les orphelins ayant été internés dans certaines institutions couvrant une certaine période qui reçurent une compensation. Les autres orphelins, par exemple ceux qui furent exploités comme main-d’œuvre agricole toute leur enfance sans recevoir d’instruction, n’ont reçu aucune compensation.
  11. Tiré du site L’adoption au Québec: le droit de savoir [archive] : extrait de la lettre au ministère de la Justice datée du 4 juin 1999 [archive]: Le drame des Orphelins de Duplessis a pris un tournant des plus sombres avec la découverte récente d’un charnier sur un terrain appartenant à la Société des Alcools du Québec situé à proximité de l’ancien hôpital St-Jean-de-Dieu. Le Journal de Montréal dans son édition du 11 mai 1999 écrit que certains corps seraient ceux de mineurs victimes de sévices, et parmi ceux-ci il y aurait des Orphelins de Duplessis. Ces corps auraient été enterrés sans tombe les uns sur les autres et, ce qui est plus grave, sans enquête indépendante sur les causes du décès. En effet, il faut savoir que le service de police des Sœurs de la Providence était le seul service à enquêter sur les décès survenus sur les terrains de St-Jean-de-Dieu car ce territoire constituait à l’époque une municipalité distincte de Montréal. La vente de ces terrains à la S.A.Q. aurait enrichi les Sœurs de la Providence de 4,9 millions de dollars dans les années 1970. Dans l’acte de vente, signale le journaliste Laurent Soumis, les Sœurs de la Providence « ont pris soin de se dégager de toute responsabilité quant au contenu du sous-sol ». Le même journaliste, dans l’édition du lendemain, rapporte que: « En fin d’après-midi, la S.A.Q. soutenait encore n’avoir jamais trouvé de restes sur son terrain. Mais confrontée aux faits, la société d’État a modifié sa version ». De plus un procès datant de 1975 soulève des incohérences entre la taille réelle de ce qui était connu à l’époque comme le cimetière de la « soue à cochons », le nombre de cadavres déterrés lors de la fermeture du cimetière en 1967 et les documents officiels des Sœurs de la Providence. Je trouve inquiétant que le gouvernement n’aie pas encore réagi officiellement à toutes ces allégations. Je tiens à vous signaler que Monsieur Bouchard lui-même nous apprend dans son autobiographie qu’il a représenté certaines communautés religieuses lors de la vente de leurs terrains et immeubles dans les années ’70 ce qui soulève un doute raisonnable quant à son impartialité dans ce dossier. M. Soumis relève de nombreux autres faits troublants dans une série d’articles qui ont suivi son article initial du 11 mai.
  12. Scandale sexuel – Les orphelins de Duplessis dénoncent l’inertie de l’Église et exigent ses excuses publiques [archive] Le Devoir, 3 avril 2010.

Services aux citoyens

 

La justice carbure à l’injustice de la république de Banane

La section Prévention vous offre des conseils pour prévenir les agressions, les fraudes et les vols. Certaines ressources vous sont également présentées.

Gouvernement du Québec - Justice

Rapport de Police Municipal Poste 47

Rapport de Police Provincial procureur Général du Québec

 

Ministère de la Justice    Québec

Direction du droit administratif

Le 16 avril 2002

Monsieur Hervé Bertrand

135, Thérien

C.P.4723 Sainte-Anne-des-Plaines (Québec) JON 1HO

Monsieur,

1/ m’a été demandé de répondre à la lettre que’ vous adressiez, le 12 novembre dernier, à monsieur Serge Ménard, à titre de « ministre de la Justice ».

Votre lettre comporte des éléments qui font partie des faits litigieux dans un recours judiciaire toujours pendant, soit la requête pour autorisation d’exercer un recours collectif dans Bertrand c. La Communauté des Sœurs de la Charité de la Providence et le Procureur général du Québec, no 500-06-000004-937. Dans ce contexte, il ne nous est pas possible de donner suite à votre requête.

Par ailleurs, si vous êtes d’avis que des professionnels de la santé ont manqué à leurs obligations à votre égard, vous pouvez vous adresser à la corporation professionnelle concernée, le Collège des médecins du Québec, qui est respc::>~.sable de veiller au respect des règles d’éthique de ses membres.

Veuillez agréer, monsieur, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Jean Deaudelin avocat

c.e.      Me Yves Lauzon (procureur de M. Hervé Bertrand dans le dossier 500- 06-000004-933)

Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l’Église. 2′ étage Sainte-Foy (Québec) Gl V 4M1

Téléphone: 0 (418) 528-7364           0 (418) 644-7115      0 (418) 643-5639

0(418) 644-8477 0 (418) 644-7153

Télécopieur: (418) 646-1696

www.justice.gouv.qc.ca

 

Les Orphelins de Duplessis – Marc Petit jean

2003 – 52 minutes

Réalisation : Marc Petitjean
Auteurs : Marc Petitjean, Carole Duffréchou
Image : Marc Petitjean
Son : Dimitri Médard
Montage : Lizabeth Gelber
PRODUCTION
Coup d’œil, Arte France, CNC

« Les Orphelins de Duplessis » raconte l’histoire d’enfants illégitimes qui ont été internés, par milliers, dans des hôpitaux psychiatriques, dans le Québec des années 50. À travers la découverte de ces personnages attachants et émouvants, le film pointe les responsables de cette situation, Église et médecins qui, contrairement au gouvernement québécois, refusent toujours de présenter leurs excuses et d’indemniser les victimes.

Antoine Céran, Joseph Élie René Graton  les trois ont été devant un juge Goberman et il a eu accusation du moniteur George Burton le jour de sa condamnation plusieurs orpheline et moi même Hervé Bertrand frappé le nez a la porte pourtant  il est inscrit au rôle,personne na voulu nous dire se qui ses passé quel justice avons nous digne d’une république de banane.

« Les Orphelins de Duplessis » tells the story of the thousands of illegitimate children who, in Quebec in the 1950s, were committed to psychiatric hospitals. Through the discovery of these moving and endearing characters, the film also points to the people responsible for this situation, church and doctors, who, unlike the government of Quebec still refuse to present an apology and take part in the indemnification of the victims

Rapport de Police a la Déontologie Policière

Rapport de Police Provincial du Québec

Dans le dossier de Hervé Bertrand Rapport de Police Hervé Bertrand 4 Pages 

Avant javais fais un rapport a la police municipal elle se fut enlever par le premier  ministre du Québec en l’occurrence Lucien Bouchard

Ne voulais pas d’enquête publique car il aurais beaucoup de monde a écorché en passant.

Il ma envoyer une lettre en disant: Dorénavant la police provinciale seras saisi du dossier des orphelins de Duplessis Lucien Bouchard   a commencer a tricher faire le corruption et la collusion 1er il a nommer une amie comme procureure du Québec  Esthel Gravel Qui est aller voir les religieuses sœur de la Charité de la Providence a la maison mere  elle a prit leur version et elle est revenue a mon bureau sur le boul, Pie IX a Montréal me dire un aire arrogance Mr Bertrand  c’est moi qui pilote le dossier criminel des orphelins de Duplessis et je place deux policiers pour chacune des 7 constitutions visé par le recours