Conclusion du Gouvernement Du Québec

Un dossier de corruption n’a pas de conclusion elle a de l’improvisation regarder combien de décret par dessus de Décret improviser, Dans un une décision

Maurice Duplessis         progrma-national-recon0001solidarité sociale offerts par Emploi-Québec l’immigration

Directeur des poursuites criminelles et pénales

         7 ou 8 décret quel république de Bananes.

  • Littéraire. Ce qui subsiste de quelque chose : Il a encore un reliquat de haine à mon égard.
  • Rod Vienneau. Les enfants de la grande noirceur: les orphelins de Duplessis: révélations chocs par la Commission pour les victimes de crimes contre humanitariste dans le dossier des orphelins de Duplessis. Library and Archives Canada Amicus #: 33978709.

John Sigal et al. Health and psychosocial adaptation of les enfants de Duplessis as middle-aged adults: final report. Library and Archives Canada Amicus #: 27771264.

Jacques Baugé-Prévost. Plaidoyer d’un ex-orphelin reprouve de Duplessis. Library and Archives Canada Amicus #: 22143105.

Le programme national de reconciliation avec les orphelins de Duplessis ayant frequente certaines institutions. Bibliothèque et archives nationales du Québec.

Programme national de reconciliation avec les orphelins et orphelines de Duplessis: demande d’aide financiere: guide du demandeur. Bibliothèque et archives nationales du Québec.

CBC Archives:Duplessis Orphans

Radio-Canada archives: Orphelins de Duplessis

National Film Board (1972): Quebec: Duplessis and After

Television mini-series by Ciné Télé (1999; 2007 DVD version): Les Orphelins de Duplessis

Future Reading

Directeur des poursuites criminelles et pénales

Quebec Ombudsman, 1997. The « Children of Duplessis »: A Time for Solidarity: Discussion and Consultation Paper for Decision-making Purposes. [The best source for a succinct summary of background information, statistics, historical context and the issue.]

Quebec Ombudsman, 1997. Comments and Reflections by the Quebec Ombudsman.

 Dufour, Rose. Naître rien: Des orphelins de Duplessis, de la créche à l’asile (Éditions MultiMondes, 2002). In particular, note pages 18-19 for a brief history of how the issue became public.

Dumont, Micheline. “Des religieuses, des murs et des enfants.” L’Action nationale 84, 4 (1994): 483-508.

Gill, Pauline. L’histoire vraie d’Alice Quinton, orpheline enfermée dans un asile à l’âge de 7 ans (Montreal: Editions Libre Expression, 1991).

Malouin, Marie-Paule. L’univers des enfants en difficulté au Québec entre 1940 et 1960 (Bellarmin, 1996). The author, who was given a mandate by the church in 1992 to investigate the controversy, directs blame away from the church and towards the government. See, also, an interview with the author published in L’actualité, July 1997, Vol.22, No.11.

Nootens, Thierry. “Mémoire, espace public et désordres du discours historique: l’affaire des orphelins de Duplessis 1991-1999.” Bulletin d’histoire politique 7, 3 (1999): 97-107.

Paré, Nikolas, John J. Sigal, J. Christopher Perry, Sophie Boucher, Marie Claude Ouimet. “Les expériences vécues par les enfants de Duplessis institutionnalisés: Les conséquences après plus de 50 ans.” Santé mentale au Québec 35, 1 (2010): 85-109.  This article describes in detail the abuse and provides two personal narrative case studies.

Roy, Bruno. Mémoir d’asile (Boréal, 1994).

Turenne, Martine. “La veritable histoire des Orphelins de Duplessis.” L’actualité 22, 11 (July 1997): 51-58. The article makes reference to specific institutions including Mont-Providence.

La Classification  du Groupement des Élèves Dans les classes auxiliaire .

Copie à MM. Les commissaires M. L Barbeau psy

Par la commission de École Catholique de Montréal le 3 Juin 1957

POSITION DU PROBLÈME.  Document plusieurs Page

La déficience mentale ost lm état incurable et Irréversible, Que

La déficience mentale soit produite par hérédité ou par le milieu, la science
ne sait pas encore comment améliorer ce défaut constitutionnel et élever le

niveau intellectuel (le ces enfants.

Il existe trois solutions au problème des déficients mentaux :

L’euthanasie, pratiquée chez les Anciens et à

 L’honneur en Allemagne avant la dernière guerre Mondiale ;

La garderie, fornule répandue grâce l’esprit

Chrétien et qui a d’abord motivé notre attitude

A l’égard de tous les exceptionnels aveugles, infirme, épileptique

Léducation spéciale qui Éducationnelle spécial qui donne plus que droit

De vie (garderie) au déficient mental mais qu  L’accepte tel quel, et qui le prépare malgré

Son handicap ~ vivre on bon chrétien, on honnête citoyen et en travailleur utile •

Suivant on cela l’exemple dos grands pays d’Europe et d’Amérique,

Depuis plus de vingt ans, la Comissions dos Ecoles Catholiques de Montréal

Accepte et favorise l’éducation spécial des déficients mentaux éducables dans notre milieu.

Tout système d’éducation est perfectible, cela ost encore plus

Évident dans le domaine de l’éducation spéciale. Pour que nos classes auxiliaires atteignent leur but, il nous faudra résoudre deux problèmes Majeurs :

……………….Doter nos classes d’un programme spécial ,

……………….Réorganiser Los cadres matériels.

Veuillez agréer, Monsieur le Président l’assurance de nos bon sentiments.

Votre tout dévoué  le directeur général Trefflé Boulanger

C-57-5903

SERVICE des ETUDES’                                                                       Montréal » le 3 juin 1951.

Monsieur Eugène Doucet,
Président général,

La. Commission des Ecoles catholiques,
Montréal.

SUJET : Classes auxiliaires

Monsieur le Président 1

Les membres de la Direction supérieure des études
se sont réunis le 8 mai dernier pour étudier un rapport intitulé :

« Le problème de la classification et du groupement des élèves des
classes auxiliaire' », Monsieur Gérard Barbeau, directeur du Bureau
de l’Enseignement auxiliaire et auteur du travail, a lui-même
présenté ce rapport au comité. J’en inclus des copies fi l’intention
de messieurs les Commissaires.

.Apres Lecture du document, Les membres de la

Direction supérieure ont discuté assez longuement certains problèmes
Soulevés par ce ra
pport~ Ils ont convenu de formuler les

Recommandations suivantes :

A – Comme directives générales, pour la classification et
le groupement des élèves des classes auxiliaires, que
le Bureau de l’Enseignement auxiliaire soit autorisé
à suivre ces deux principes :

  • Les élèves déficients mentaux âgés de six à

Douze ans devraient continuer de fréquenter

La classe auxiliaire de l’école paroissiale

Mais, chaque fois que cette mesure pourrait

Aider à créer des classes auxiliaires plus
homogènes, l’on devrait grouper garçons et filles ;

  • Les classes auxiliaires qui reçoivent des
    élèves déficients mentaux âgés de treize ans
    et plus devraient être groupées dans des
    écoles régulières centrales du type école

Secondaire.          ‘

B –    Comme réalisation pratique immédiate, que le Bureau de l’Enseignement auxiliaire soit autorisé à. organiser un
centre de classes auxiliaires à l’école Saint-Jacques
No 2 (Alexandra). Ce centre pourrait recevoir les
élèves déficients mentaux des écoles environnantes, il
servirait de laboratoire pour l’expérimentation du Nou-
veau programme et pour la construction ‘du matériel
pédagogique, ‘il abriterait la section spéciale de
l’école normal Jacques-Cartier.

Veuillez agréer » Monsieur le Président, L’assurance de mes bons sentiments.

Votre tout dévoué,

Tréflé Bélanger

 

Directeur des poursuites criminelles et pénales


Signifiant Dates

1964 – Jean-Guy Labrosse Publisher Ma Chienne de vie about his experience as one of Duplessis’ children.

1965 – Noël Flavien founds the Association des Orphelins du Québec d’avant 1964.

1989 – Jeannette Bertrand’s episode on Duplessis’ orphans.

1991 – Pauline Gill published L’histoire vraie d’Alice Quinton.

1992 – Formation of the Duplessis Orphan’s Committee (Comité des orphelins de Duplessis) by Hervé Bertrand Président en fondateur défenseur des Orphelins (es)

1994 – Bruno Roy publishes Mémoir d’asile.

1995 – Attorney General announces that there is insufficient evidence to proceed with criminal complaints against church members.

1997 – Quebec Ombudsman report The « Children of Duplessis »

1999 – Quebec government apologizes and offers $3 million in compensation

1999 – Catholic Church rejects demand for an apology or compensation

2001 – Quebec government offers an apology and individual compensation of $10,000 plus $1000 for each year spent in an asylum. The Duplessis Orphan’s Committee accepts the offer.

2006 – Quebec government provides an additional $26 million in compensation with the caveat that individuals have to agree to not pursue legal action against the government or the church.

2010 – Bruno Roy dies on January 5. after the bordel is comming

 Hydro-Québec | Corruption libérale

Corruption libérale

De Maîtres chez nous à Traîtres chez nous!

Hydro-Québec

Main mise sur Hydro Hydro-Québec

Hydro-Québec: jusqu’à 18 des 21 personnes nommées au conseil d’administration par le gouvernement Charest ont cotisé à la caisse du PLQ depuis 2000, soit 85%.

Le dossier d’André Caillé

M. Caillé était arrivé à Hydro en 1996, quand Lucien Bouchard était allé le chercher pour mettre fin prématurément au mandat d’Yvon Martineau, disciple de Jacques Parizeau. M. Caillé avait été renommé pour cinq ans en 2000, et ce mandat venait normalement à terme en septembre prochain.
Denis Lessard, La Presse mercredi 06 avril 2005 (1)

En 1954, l’Institut médico-pédagogique du Mont-Providence de Montréal, propriété de la congrégation des Sœurs de la Charité, devient par arrêté ministériel un hôpital psychiatrique. Tous les enfants se trouvant à l’Institut sont alors déclarés «malades mentaux». «Il y avait 600 enfants à ce moment à l’intérieur de l’établissement. De ce nombre, 200 avaient des parents et sont retournés chez eux. Pour les 400 autres, considérés comme illégitimes, ce fut l’internement» raconte Bruno Roy, qui ajoute que «les enfants ont été internés sur la base de faux rapports médicaux.»

Une question de gros sous?
L’Église, comme le gouvernement provincial, auraient eu des avantages économiques à convertir ces orphelins en malades mentaux, selon l’étude Aspects économiques liés à la problématique des orphelins de Duplessis, par Léo-Paul Lauzon et Martin Poirier, chercheurs à l’UQAM.

À l’époque, le gouvernement fédéral subventionnait différemment les institutions qui recueillaient des orphelins de celles accueillant des déficients mentaux. En 1956, cette subvention journalière était de 0.70$ pour un orphelin de plus de cinq ans et de 2,25$ pour un enfant en institution psychiatrique. Selon Bruno Roy, la congrégation religieuse aurait ainsi bénéficié de 4,5 millions $ en subventions et en annulation de dette.

Le Protecteur du citoyen
Un rapport du Protecteur du citoyen, paru en 1999, affirme que certains orphelins du Mont-Providence ont été battus, attachés à leur lit, ou encore victimes d’agressions sexuelles, de sodomie et d’attouchements répétés. Les religieux réservaient d’autres traitements très difficiles aux enfants: camisole de force, électrochocs, médication excessive, isolement… Comme ces enfants sont déclarés malades mentaux, l’Église n’a pas l’obligation de les instruire et peut les contraindre à travailler sans rémunération. «À 12 ans, je n’allais pas à l’école, je travaillais gratuitement en lavant des vieillards», se rappelle Bruno Roy.

Il y a entre 1200 et 1500 orphelins de Duplessis. Rappelons que l’ancien premier ministre Lucien Bouchard avait offert une somme de 3 millions en services divers aux orphelins. Ils ont refusé l’offre, la qualifiant d’insultante. La somme était versée en services et la plupart des orphelins bénéficiaient déjà gratuitement de ces avantages par le biais de l’aide sociale.

Encore exclus?
Bruno Roy affirme qu’en refusant d’indemniser les orphelins de Duplessis, le gouvernement Bouchard les considérait encore comme des exclus: «Tout citoyen qui a subi un préjudice a droit à une réparation. Or, l’ex-premier ministre ne nous a pas accordé ce droit. Sur papiers, tous les orphelins de Duplessis sont encore considérés contre des aliénés mentaux» explique M. Roy, détenteur d’un doctorat en littérature.

Indemnisation
Selon le Président, il y a une différence fondamentale entre les autres cas d’indemnisation ailleurs au Canada: «les autres cas concernent des sévices d’agressions sexuelles, ce qui n’est pas le cas des orphelins de Duplessis. Ce dont nous parlons, ce sont des enfants illégitimes non adoptés qui ont vécu une exclusion sociale. Parce qu’ils étaient des exclus, ils ont été internés illégalement dans des asiles alors qu’ils étaient des enfants, le tout à des fins administratives.» explique-t-il.

Le docteur Denis Lazure, ex-ministre péquiste sous René Lévesque et président du Comité d’appui pour la justice aux orphelins de Duplessis, estime que le montant de l’indemnité devrait se chiffrer entre 20 000 $ et 30 000 $ par personne. Bruno Roy, pour sa part, refuse d’avancer un chiffre. Il cite toutefois un précédent au Manitoba: «Une dame internée illégalement dans un hôpital psychiatrique a reçu 300 000$. Imaginez autant d’argent pour tous les orphelins de Duplessis… Vu notre nombre, nous ne demanderons pas une pareille somme, mais il ne faut pas négocier à rabais», lance-t-il.

Pour ce qui est de la position officielle de Québec sur la question des indemnisations, au moment d’aller en ligne, on n’avait pas retourné nos appels. Est-ce qu’on retournera ceux des Orphelins?

Quelques liens utiles

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils