Archives mensuelles : mars 2014

Hymne de la Providence

JMJ : les Orphelins de Duplessis manifestent

Mise à jour le dimanche 21 juillet 2002, 18 h 31 .
.
Rendez-vous à Toronto

« Chers amis, le pape âgé, comptant de nombreuses années derrière lui mais toujours jeune de coeur, répond à votre demande de bonheur avec des mots qui ne sont pas les siens. Ce sont des mots vieux de 2000 ans. […]. Vous découvrirez la voie du pardon et de la réconciliation dans un monde où règnent souvent la violence et la terreur. »
Jean-Paul II, lors de l’ouverture officielle de la JMJ, le 25 juillet 2002,
devant une foule de quelque 400 000 personnes

Le rendez-vous était lancé : la Ville reine attendait Jean-Paul II; il est arrivé le 23 juillet, pour son troisième périple au Canada, afin de présider la XVIIe Journée mondiale de la jeunesse, à laquelle étaient inscrites quelque 200 000 personnes, un nombre inférieur aux prévisions. C’est dans la ville la plus cosmopolite du Canada, dans une Amérique du Nord moins pieuse que les autres continents, que se tenait la première rencontre du genre dans un contexte « post 11 septembre » et après l’éclatement au grand jour de scandales sexuels qui ont secoué l’Église.

« Toronto, métropole à vocation cosmopolite, est prête à devenir pour une semaine la capitale mondiale de la jeunesse, le futur et l’espoir de l’Église et de l’humanité. »
Jean-Paul II (21 juillet 2002)

« Nous anticipons vivement le plaisir de dérouler le tapis rouge pour la visite de centaines de milliers de jeunes de toutes les régions du monde. Nous sommes sincèrement reconnaissants à l’égard de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II, qui a bien voulu accorder cet honneur prestigieux à Toronto. »
Mike Harris, alors premier ministre de l’Ontario (août 2000)

Lors de ses voyages précédents en sol canadien, Jean-Paul II débordait de vitalité et avait le regard pétillant. Nombreux étaient ceux qui se demandaient quel contact nouerait ce pape, aujourd’hui fragile et fatigué, avec les jeunes. À en croire la réaction des jeunes devant leur aîné, il n’a pas déçu leurs attentes.

« Les jeunes, avec leur don d’intelligence et de cœur, sont l’avenir du monde. Ils portent aussi les marques d’une humanité qui, trop souvent, ne connaît ni
la paix ni la justice. »
Jean-Paul II, à son arrivée au Canada, le 23 juillet 2002

« Jean-Paul II, nous t’aimons », ont scandé plusieurs pèlerins lors de l’ouverture officielle de la JMJ.

Le pape, qui a démontré une vigueur surprenante malgré son état de santé, était présent lors de l’ouverture officielle de la JMJ, le 25 juillet, puis a également participé à la veillée de prières du samedi, qui a réuni un demi-million de pèlerins, au parc Downsview, situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville de Toronto. Jean-Paul II a aussi célébré la messe devant 800 000 personnes lors de la dernière journée de ce rendez-vous, qui se préparait depuis plusieurs mois. Pour la première fois devant une foule, Jean-Paul II a exprimé un « sentiment de tristesse et de honte » devant les actes de pédophilie commis par des prêtres. Mais son message a surtout porté sur l’engagement et la foi de ces « apôtres du troisième millénaire ».

« Vous êtes jeunes, le pape est âgé et un peu fatigué, mais le pape fait totalement siennes vos attentes et vos espérances. »
Jean-Paul II, lors de la messe de clôture, le 28 juillet 2002

« Le monde dont vous héritez est un monde qui a besoin d’être touché et guéri par la richesse de l’amour de Dieu. Le monde actuel a besoin de cet amour. Il a besoin que vous soyez le sel de la terre et la lumière du monde. »
Jean-Paul II, lors de la messe de clôture, le 28 juillet 2002

L’expérience des familles d’accueil

« De voir ces jeunes a été comme un souffle nouveau », confie Suzanne Fiset, qui fait partie des milliers de familles québécoises à avoir accueilli des pèlerins pendant quelques jours. Cette mère de famille se considère privilégiée d’avoir vécu une telle expérience. Accueillir deux jeunes Français « a été riche au niveau spirituel, bien sûr, mais aussi au niveau culturel et surtout humain ».

« Ils ont démontré une grande capacité d’amour, de partage, de respect, de curiosité sur notre pays, nos habitudes, notre peuple », enchaîne-t-elle. Ils ne sont pas des spécimens en voie de disparition, mais des jeunes déterminés à montrer leur foi, à le crier haut et fort et ils en sont très fiers. Ils sont vraiment beaux à voir! Un bel exemple pour nos enfants, un bel espoir pour un avenir meilleur », affirme cette croyante convaincue.

Un moment qui l’a marquée ? « Le rassemblement au stade olympique, où 35 000 jeunes étaient réunis, a été une belle façon de se sentir unis avec des gens de différents pays dans une même foi », se remémore-t-elle.« C’était magique ! Voir tous ces jeunes qui sont si croyants a été la preuve que Dieu est bien vivant parmi nous. » Réitérerait-elle l’expérience ? « Nous le referions n’importe quand ! », assure cette Lavalloise, qui entend bien rester en contact avec ses hôtes.

Une tradition annuelle

Thème cher à Jean-Paul II, la jeunesse a toujours été au centre de ses préoccupations, comme en témoignent de nombreux écrits et discours. Cet ancien enseignant qui aime le contact avec les jeunes a d’ailleurs multiplié les occasions de les rencontrer. En 1984, ils sont 350 000 à participer au Jubilé des jeunes, célébré à Rome dans le cadre de l’Année sainte de la rédemption. Un an plus tard, 250 000 jeunes se rassemblent à Rome à l’occasion de l’Année internationale de la jeunesse proclamée par l’ONU. Dans la foulée de ces deux événements, le pape lance l’idée d’une Journée mondiale de la jeunesse, qui réunit chaque année des catholiques de 18 à 35 ans, originaires de tous les continents, dans une grande célébration de la foi catholique.

« Ce sera une rencontre de prière, de partage, de dialogue, de joie. En un mot, une rencontre de vérité et de vie qui obtienne pour chacun et pour tous une paix agissante. Une rencontre qui vous rende constructeurs de formes de vie nouvelle plus expressives de l’homme de demain qui est déjà préfiguré sur vos visages. »
Jean-Paul II

En 1995, la Journée mondiale de la jeunesse a réuni trois millions de jeunes, la plus grande foule du pontificat de Jean-Paul II.

La tenue des JMJ a pour but de valoriser les jeunes, d’offrir une mondialisation au visage humain et de valoriser la solidarité et l’accueil des autres cultures. Célébrées le jour de la fête des Rameaux, elles sont célébrées chaque année dans les diocèses, le pape célébrant alors les Journées mondiales de la Jeunesse à Rome. Une fois par deux ans, cependant, l’événement prend une envergure internationale, se déroulant sur un autre continent que la fois précédente. L’événement s’articule autour d’un thème de réflexion proposé par le pape. À chacune de ces rencontres, le pape livre un message qui valorise l’amour, la solidarité, la jeunesse et le dynamisme.

Le prochain rendez-vous des jeunes catholiques se déroulera à Cologne, en Allemagne, en 2005, rompant ainsi avec la coutume de tenir un événement d’envergure internationale tous les deux ans.

Je n’avais jamais vu autant de jeunes répondre avec autant de joie et de dynamisme ! », se rappelle Marie-Christianne Hubert, qui n’en est pas à sa première Journée mondiale de la jeunesse.

Aujourd’hui coordonnatrice pour la région centre du diocèse de Montréal, elle était à Rome, au grand rassemblement du Jubilé de l’an 2000, en tant que participante. « Même s’il y avait des différences culturelles avec les jeunes des autres pays, j’ai découvert que la foi est universelle, que les vécus et les valeurs se ressemblent »,
a-t-elle constaté.

« Ça a renforcé mon engagement chrétien », dit celle qui a manifestement été changée par cet événement. Au point d’abandonner sa carrière dans une institution bancaire.

Plusieurs doutaient de la venue de Jean-Paul II à Toronto. Pas elle. Elle admire cet homme qui souffre, atteint entre autres de la maladie de Parkinson. « C’est un homme fatigué, malade, mais exemplaire. On se sent souvent à terre pour une migraine. Lui continue de travailler et d’assumer ses lourdes responsabilités. Il est fort et faible à la fois. C’est un tough ! », conclut-elle.

Jean-Paul II lors de la Journée
mondiale de la jeunesse de 2001
Villes hôtes des Journées
mondiales de la jeunesse :

1986 : Rome (Italie)
1987 : Buenos Aires (Argentine)
1988 : Rome (Italie) et autres villes
1989 : Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne)
1990 : Rome (Italie) et autres villes
1991 : Czestochowa (Pologne)
1992 : Rome (Italie) et autres villes
1993 : Denver (États-Unis)
1994 : Rome (Italie) et autres villes
1995 : Manille (Philippines)
1996 : Rome (Italie) et autres villes
1997 : Paris (France)
1998 : Rome (Italie) et autres villes
1999 : Rome (Italie) et autres villes
2000 : Rome (Italie)
2001 : Rome (Italie) et autres villes
2002 : Toronto (Canada)
.
Une vingtaine de membres du regroupement des Orphelins de Duplessis ont profité de la Grande Messe des nations, au parc du Mont-Royal, à Montréal, pour sensibiliser à leur cause les jeunes qui vont participer à la Journée mondiale de la jeunesse.

Les manifestants distribuaient notamment de la documentation décrivant ce qu’ils ont vécu et dénonçant le clergé et le gouvernement du Québec.

Les Orphelins de Duplessis affirment avoir subi des abus sexuels et physiques de la part du clergé au cours des années 1940 et 1950. Ils réclament toujours des excuses de l’Église catholique. Ils se joindront à d’autres manifestants, à Toronto, pour faire passer leur message à Jean-Paul II, même si leur demande pour le rencontrer personnellement a été refusée.

JMJ : plus de 30 000 jeunes pèlerins au spectacle de Montréal

Mise à jour le lundi 22 juillet 2002, 17 h 27 .

L’atmosphère dans le stade était à la fête.

Plus de 30 000 jeunes pèlerins se sont rassemblés dimanche soir au Stade olympique de Montréal pour le grand spectacle qui marquait la fin des festivités montréalaises de la Journée mondiale de la jeunesse et le grand départ vers Toronto.

Le spectacle, qui mettait en vedette plusieurs artistes, dont Dubmatique, Mario Pelchat, Mélanie Renaud et Florent Volant, avait un caractère plus spirituel que religieux.

À Québec

Environ 23 000 personnes ont assisté samedi au spectacle «Toutes les voix du monde» à Québec, dont quelque 8000 jeunes pèlerins venus de divers pays du monde pour la Journée mondiale de la jeunesse de Toronto. Parmi les artistes qui se sont produits, on compte Luck Mervil, Richard Small, Nathalie Byrns ainsi que des chanteurs et des groupes originaires d’Afrique, d’Amérique latine et de Chine. Grégory Charles et ses Petits chanteurs de Laval ont offert une formidable prestation au public avec un gospel inspiré.

Différentes cultures étaient représentées.

À l’origine, on attendait 60 000 personnes, mais depuis le début des festivités autour des JMJ, les organisateurs ont dû constater que l’affluence est moindre que ce qui était prévu. Alors que 1,5 million de personnes avaient participé à ce rassemblement à Rome en 2000, on attend environ 350 000 à 500 000 pèlerins à Toronto.

Jean-Paul II confirme son arrivée mardi

De Castel Gandolfo, en Italie, le pape Jean-Paul II a salué les pèlerins qui convergent vers le Canada pour la JMJ dont les principales activités se dérouleront entre le 23 et 28 juillet. Le Saint-Père, 82 ans, a assuré qu’il arriverait à Toronto ce mardi, alors que sa santé chancelante fait toujours craindre le pire aux autorités catholiques. Le pape est d’ailleurs apparu le visage marqué par la douleur et le dos très voûté.

Hymne National des révérende Sœurs de la Charité de la Providence.

Hymne des Sœurs de la Charité de la Providence Parole

Hymne National des révérende Sœurs de la Charité de la Providence en banner

Les autochtones

En novembre 1997, l’honorable A. Anne McLellan, ministre de la justice, a chargé la Commission du droit du Canada de produire un rapport sur les moyens de réparer les sévices physiques et sexuels infligés à des enfants placés dans des établissements dirigés, financés ou parrainés par l’État, qu’il s’agisse d’internats pour enfants

, d’écoles pour aveugles et sourds, de centre de formation ou d’établissements de soins de santé mentale à long terme.–

Ottawa versera 800 millions à des autochtones lésés durant la «rafle des années 1960»

Des milliers d’enfants enlevés à leur famille ont été donnés à des familles non autochtones

6 octobre 2017 | Améli PinedaAvec La Presse canadienne | Canada
La ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett
La ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett

Le gouvernement fédéral annoncera ce vendredi une entente avec des autochtones victimes de la « rafle des années 1960 ». Il confirmera alors le versement de compensations totalisant plusieurs centaines de millions de dollars, a appris Le Devoir.

L’entente, qui sera dévoilée par la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett, toucherait environ 20 000 victimes.

Durant les années 1960, des milliers d’enfants autochtones à travers tout le pays ont été enlevés à leur famille pour être placés dans des familles adoptives ou d’accueil non autochtones, en vertu d’une politique gouvernementale. Certains jeunes avaient même été « vendus » à des familles à l’étranger.

La Presse canadienne a rapporté jeudi que l’entente vise à régler 18 poursuites intentées pour les torts subis par ces jeunes. Elle inclurait un paiement allant de 25 000 $ à 50 000 $ pour chaque plaignant, pour une somme maximale totale de 750 millions.

La cause la plus connue — la seule à avoir été autorisée pour une action collective — est celle intentée par Marcia Brown Martel en Ontario. En février dernier, un juge avait donné raison au recours de Mme Brown Martel, dans un jugement sans précédent. Le juge Edward Belobaba soulignait que le Canada avait « manqué à son obligation de diligence » envers ces enfants.

Jeffery Wilson, l’un des avocats de Mme Brown Martel, avait affirmé que l’action collective, qui réclamait 1,3 milliard au nom de 16 000 plaignants, était la première à reconnaître l’importance de l’héritage culturel d’une personne et des séquelles durables de sa perte.

Une source a affirmé à La Presse canadienne que certains aspects des multiples poursuites pourraient ne pas être résolus par l’entente, mais a qualifié l’annonce prévue vendredi de « pas significatif » vers la résolution de l’enjeu de la « rafle des années 1960 », qui s’inscrit dans la promesse du gouvernement libéral de Justin Trudeau de faire de la réconciliation avec les autochtones une priorité.

L’entente dévoilée vendredi prévoirait cependant 50 millions de plus pour créer une fondation vouée au processus de guérison des autochtones, une demande clé de Mme Brown Martel.

Jeudi, des porte-parole de la ministre Bennett et les plaignants ont seulement voulu confirmer qu’une annonce était prévue vendredi.

« Étant donné que les négociations sont en cours et confidentielles, nous ne pouvons fournir d’autres informations en ce moment », a indiqué par voie de communiqué le bureau de la ministre Bennett, ajoutant que les parties avaient convenu de travailler dans l’objectif d’une résolution globale et que les discussions se poursuivaient.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, estime que cette compensation est nécessaire dans le processus de réconciliation.

« L’entente qui sera annoncée, c’est une compensation, c’est sans doute très peu d’argent lorsqu’on réalise tous les torts que ces rafles ont causés. L’argent ne remplacera pas le lien qu’on a coupé à ces milliers d’enfants », souligne M. Picard.

Le chef rappelle que deux ans se sont écoulés depuis que le Manitoba est devenu la première province à offrir des excuses officielles aux victimes de ces enlèvements massifs, en juin 2015.

« Ce sont des milliers d’enfants qui ont été touchés par ces rafles-là. Ils ont été retirés de leur famille et privés de leur identité culturelle pendant des années. C’était draconien. Le but, c’était de couper le lien de l’enfant avec sa communauté d’origine », mentionne-t-il.

Photos des Orphelins (es)

Photos de chacun des Orphelins et Orphelines                                 jean-guy-labrosse

Photos Orphelins de Duplessis Claude Bertrand flou Jacques Roger
Labonté Lucien Landry Ouver Yeux Messier V incent DevilierDescription Photos de chacun des Orphelins et Orphelines de Duplessis, se sont encore aujourd’hui flouer par le Gouvernement du Québec qui a effacer les trois autres responsables des crimes commit dans les institutions Canadienne et Québécoise.

 

Pédophiles des Prêtres

Le pape Lulu a donné raison à  l’assemblée nationale du Québec  des demis excuses pour les orphelins (es) de Duplessis des compliments pour les religieuses car ce sont ses clientes depuis belle lurette .

Allez travailler bande de paresseux !

Allez travailler bande de paresseux !

LES PRÊTRES PÉDOPHILES
Recopilation d’articles de presse de diverses sources

Les scandales de prêtres pédophiles accusés par leurs victimes d’abus sexuels se suivent et ne se ressemblent pas. De plus en plus fréquents, ils éclatent au grand jour. Semaine après semaine, de nouveaux cas arrivent devant les tribunaux, et ce n’est pas fini…
Les publications dans les quotidiens et sur internet ne sont que la partie émergée de l’iceberg.
Mais non moins scandaleux est l’acharnement de l’Église pour étouffer ces affaires, cacher et protéger ses ministres déviants. La bête, n’arrivant plus à cacher ses vices immondes, a choisi de les exhiber au grand jour en les dénonçant elle-même. Instinct de survie?

> Les directives secrètes du Vatican pour protéger les prêtres pédophiles

Scandale après scandale, l’Eglise catholique s’enfonce à chaque fois un peu plus dans le mensonge et l’ignominie. Les affaires de pédophilie ont révélé depuis quelques années les travers d’une institution qui impose le célibat et la chasteté à ses membres en vertu d’un ordre moral castrateur. Début août 2003, la chaîne de télévision états-unienne CBS a révélé l’existence d’un rapport daté de 1962 destiné à protéger les prêtres pédophiles. Rédigé par le cardinal Alfredo Ottaviani, le document promettait l’excommunication aux personnes qui dévoileraient ces affaires. La responsabilité de ce rapport incombe aux plus hautes sphères du Vatican comme il y a été conservé dans ses archives et qu’il fut probablement approuvé par Jean XXIII.
La pédophilie des prêtres est qualifiée de « pire des crimes » et on mesure mieux le sordide de leur existence quand sont spécifiés avec précision les actes à dissimuler : « l’agression sexuelle commise par un prêtre » ainsi que « la tentative d’agression à l’encontre de jeunes des deux sexes ou avec des animaux ». Quelle autorité morale accorder à cette institution quand ses représentants en sont réduits à de telles monstruosités ?
Le secret est imposé aussi bien au coupable comme à la victime, l’un comme l’autre devant « promettre solennellement d’observer sans faute le secret sous peine d’excommunication », le silence étant tenu au nom du Saint Office. Ordre est intimé aux évêques de mener leur enquête « avec le plus grand secret » et « dans un silence perpétuel ». […]
Le rapport a été utilisé jusqu’en 2002, date à laquelle d’autres directives ont été données par une Eglise catholique apparaissant de plus en plus comme une mafia qui protège l’ignoble au détriment de la justice et des centaines de victimes.
Mais l’affaire ne s’est pas limitée aux Etats Unis d’Amérique en vertu de l’étendue planétaire des ingérences papales. Quelques jours après la révélation de CBS, les médias anglais se sont fait, eux aussi, l’écho d’un scandale similaire au sein du royaume anglican. Le document diffusé par le Vatican en 1962 avait, en fait, été transmis à tous les evêques de la planète. Il n’est donc pas douteux qu’une traduction française puisse être exhumée d’un des multiples évêchés de notre pays…

Rappelons que le crucifix jugé patrimonial par le gouvernement québécois, n’a fait son apparition au Parlement qu’en 1936, pour souligner l’alliance étroite entre l’Église et l’État. Comme l’a si justement souligné Mme Martineau «L’Assemblée nationale a été fondée en 1792 par le parlement du Bas-Canada, mais le crucifix est arrivé avec Maurice Duplessis et on a appelé ça la période de la grande noirceur».

crucifix 1887

En 1887 il n’y avait aucun crucifix à l’assemblée Nationale du Québec 

De la grande noirceur à la grande obscurité

Pour éviter que le Québec ne passe de la grande noirceur à la grande obscurité, le gouvernement a le devoir de s’assurer que l’État est vraiment laïque en retirant cet objet religieux de l’assemblée Nationale pour le rentrer là où il doit être, c’est à dire au musée !

Pierre Allard, le blogue: août 2013

Assez, c’est assez !

Quand j’étais petit, à l’école qui était alors catholique,

On nous faisait réciter des prières, on écrivait JMJ (Jésus-Marie-Joseph) dans les marges de nos cahiers, l’image d’un petit ange
Ornait nos bons devoirs, un prêtre venait nous sermonner régulièrement, on nous emmenait à l’église paroissiale pour la confession ou la messe, et on nous embrigadait dans toutes sortes d’organisations à caractère religieux.
Voir la médaille fabriqué par les religieuses pour les filles et garçon que le diable ne rentre pas dans leur corps.

Démolition Hôpital St-Julien

Laisse a l’abandon pour le démolition.

Souvenir des filles abusés par des religieuses complicité du Gouvernement du Québec

qui ont fermer les yeux par une question d’argent.$$

13-Cimetière en Face de l’hôpital St-Julien .

Mémoire des filles qui vu des atrocités dans ce cimetière

Cimetière qui en a long a dire.

14-La psychiatrique et la charte des valeur ont fabriquer des malades mentaux au Québec qu’le société distincte.

Des orphelines de l’hôpital St Julien ont subit des atrocités dans cette institution à St Ferdinand ou Pauline GILL,  a écrit sur Les enfants de Duplessis : L’histoire vraie d’Alice Quinton, orpheline enfermée dans un asile à l’âge de 7 ans , Montréal, Libre Expression, 1991, 271

Des enfants filles sans défense mener par des religieuses  sans scrupule.

Horrible vie enlever par Les Valeur (Voleurs) de vie Québécoise dans la Charte.

15-Manifestation Attention de la Ministre Michelle Courchesne

Manifestation à Joliette attend La ministre Mme Michelle Courchesne

Et aussi Mme Clarina Duguay,Mme Myriam Kelly, et bien autres filles qui se battent aujourd’hui pour gagner leur dignité Humaine et avoir des vraie excuses des quatres responsables du massacre des enfants nés hors mariage.

Livre Conrad Black

Livres De Duplessis

Conrad Black Écrivain anglophone aussi écrivais ses ouvrage en Français

ce qui nous intérêt présentement sur deux tonne l’histoire du coloré le nobles

Maurice Duplessis Gouvernement république de bambou du Québec société

distinct donc ont se souviens .

Reproduction. D’u livre: Page 419

Conrald . Black

Duplessis Le pouvoir du dictateur Maurice Duplessis. 

Traduit de l’anglais
Monique Benoit

Les Éditions de L’homme
Canada 955, rue Amherst St, Montréal 132
Fi:ll du groupe Sogjdes Litée.

L’Eglise et l’Etat au le lendemain d’Asbestos.

Durant ses années au pouvoir après 1944,

Duplessis assura. la prédominance de l’Église dans des domaines

qui, après son règne, furent confiés au pouvoir séculier:

l’éducation, les services hospitaliers et l’assistance publique.

Après la guerre, le contrôle religieux de ces institutions plaçait le Québec dans une situation de plus en plus anachronique. Ce système permettait à la province d’épargner plus d’un milliard de dollars en salaires qu’elle n’avait pas à payer. Cet argent, qui représentait quarante pour cent du budget provincial! pour cette période, permettait. à la province de Construire des écoles, hôpitaux, routes et habitations, de poursuivre l’ électrification rurale, de ne pas augmenter les taxes et de maintenir sur le marché des valeurs un crédit comparable à celui de n’importe quel autre gouvernement de

  l’Amérique du Nord, Duplessis le dictateur du Québec.

Le préambule des orphelins d’aujourd’hui est aussi l’hypothèque des enfants né hors mariage sans la permission de Dieu. Combien de Milliards de dollars on amasser à la province de Québec on sauvé dans cette histoire.

Hervé Bertrand orphelins de Duplessis. Voila le préméditation du crime de quatre

Les complice responsables du massacre et l’assimilation des enfants née hors mariage

Sans le consentement de l’Eglise Catholique du diocèse de Montréal et de Québec.

De plus il veulent revenir au anciens valeur Québécoise 

Les Valeurs (voleurs) de vies voila. 

Nul ne doit ignoré le massacres assimilation des Orphelins(es) de Duplessis.

il avait le droit de violer, leur vie violer sexuellement sodomiser

tous faire avec ses enfants aucune lois appliqué mondial, fédéral ,provincial,

municipal pour les protéger car la clause de la prescription s’applique les aides.

Pour les malades dans les institutions, qui veut dire faite ce que vous-voulez

avec les malades qu’elle société malades.

Pourtant même après la sortie des institutions les séquelles continue aujourd’hui.

Non nul ne doit ignorer la loi, ont l’enseigne même pas dans les école la loi,

les avocat prennent quatre ans pour apprendre les lois.

Conclusion

La lois elle devrais comme ceci aucune prescription pour les malades

même après si les séquelles continue a se manifester.

Logo COOID

 Autres livres et Fiction du COOID

Dupelssis

Histoire de Duplessis.

L’ascension – Duplessis – Tome I

Adulé par les uns, détesté par les autres, Maurice Duplessis est sans doute le Premier ministre le plus controversé de l’histoire du Québec. Après dix-huit ans de « purgatoire

Le pouvoir – Duplessis – Tome II Conrad Black

Adulé par les uns, détesté par les autres, Maurice Duplessis est sans doute le Premier ministre le plus controversé de l’histoire du Québec. Après dix-huit ans de « purgatoire », il revit avec son époque dans cette grande fresque historique. Basée sur les archives personnelles

Filme télé Action sur les orphelins de Duplessis

Série sur L’époque des Enfants triste enfants née hors mariage sans le bon

consentement de L’église Catholique sur le territoire République de bananes du Québec donc Je me souviens

Livres,Bruno Roy

                    Livre de Bruno Roy            Les Cent plus belles chanson du Québec
L’OSSTIDCHO Par: Bruno Roy

                                            Les cent plus belles chansons du Québec de: Bruno Roy

.

._Naitre-cest-se-separer             Brulés par la nuit     CONSIGNER MA NAISSANCE 2003

Naitre C’est se séparer de: Bruno Roy   BRULER PAR LA NUIT Par: Bruno Roy
Journal-Derive-Espace-Prive-1967-          Parole de Bruno Roy

Journal Dérivé 1967.Par Bruno Roy   Parole et Poète en même temps
Consigner ma naissance de: Bruno Roy.

Roy_Bruno-petit        Orphelins Duplessis36

J’ai aucun livre chez moi tout ces livres se vend dans les librairies.

PORNOGRAPHIE

Dossier chaud qui fait parler 20 Ime siècle les prêtre et les frères sur la pédophilie
LE JOURNAL DE MONTRÉAL 1 NOUVELLES i SAMEDI 10 OCTOBRE 2009  l’ex-évêque Raymond Lahey a comparu hier matin au palais de justice d’Ottawa. PORNOGRAPHIE
l’ex-évêque trouve refuge à l’archevêché d’Ottawa pour ne pas se faire attaquer
OTTAWA 1 (PC) L’ex-évêque Raymond Lahey, accusé de possession et d’importation de matériel de pornographie juvénile, demeurera dans la capitale fédérale en attendant le début de son procès. Pendant les procédures, il sera hébergé par l’archevêché d’Ottawa. septembre dernier pour des raisons dites personnelles. Trois jours plus tard, il a été accusé de possession et d’importation de pornographie juvénile après que des agents des services frontaliers de l’aéroport d’Ottawa eurent dé¬couvert des photographies de jeunes garçons dans son ordinateur portable le 15 septembre, à son retour de voyage. Surveillance accrue Lahey a comparu en cour hier matin, à Ottawa, pour Selon l’enquêteur, Dan Melchiorre, Lahey sera sur faire modifier certaines de ses conditions de remise en veillé de près lors de son séjour à Ottawa et tous ceux qui liberté. seront en contact avec lui seront informés de ses strictes

Le juge a accédé à la requête de l’ancien évêque d’An- conditions de libération. « Plusieurs conditions ont à voir tigonish,en Nouvelle-Écosse, qui avait demandé de de- avec Internet et les ordinateurs, a précisé M. Melchiorre, mesurer au siège de L’archevêché d’Ottawa jusqu’à l’ou-après la brève comparution de Labey. Évidemment, il y a vêture de son procès, après que des résidanats de sa ville d’autres conditions concernant le fait d’être en contact au Nouveau-Brunswick eurent refusé sa présence.
avec des enfants de moins de 18 ans. » L’archevêque Terrence Prendergast, d’Ottawa, a Lahey a également dû remettre son passeport et il de- confirmé que Lahey avait  communiqué avec les bureaux verra se présenter aux autorités toutes les deux semaines du diocèse pour réclamer un toit. A partir du 17 octobre. « Dans la charité chrétienne, et croyant que c’est ce La décision de porter des accusations à l’encontre dequ’aurait voulu Dieu, j’ai accepté qu’il reste parmi nos l’ex-évêque n’a pas été facile à prendre, a également dit prêtres », a ajouté l’archevêque. – M. Melchiorre, puisque les gens peuvent parfois trouver Labey, âgé de 69 ans, a démissionné de ses fonctions par hasard de telles images. Ainsi, les enquêteurs ne de d’évêque d’Antigonish en Nouvelle-Écosse, le 27 septembre vient avoir aucun doute sur le matériel téléchargé.